Attentats de Casablanca : un Français arrêté

  • A
  • A
Attentats de Casablanca : un Français arrêté
@ MAXPPP
Partagez sur :

Fouad Charouali, arrêté à l’aéroport de Munich, a déjà été condamné en France.

Il a réussi à quitter la France mais n’a pu aller jusqu’à Dubaï. Un Français d'origine marocaine, suspecté d’être impliqué dans les attentats sanglants de Casablanca, au Maroc, en 2003, a été interpellé lundi à l'aéroport de Munich, a annoncé la police allemande mardi.

Une source marocaine de sécurité et une source policière française ont précisé qu'il s'agissait de Fouad Charouali, déjà condamné en France en 2007 pour avoir soutenu les auteurs de ces attaques.

Membre du "Groupe islamiste combattant marocain"

Les autorités marocaines avaient délivré un mandat d'arrêt international contre ce Français aujourd'hui âgé de 37 ans, a précisé dans un communiqué la police allemande qui l'a arrêté alors qu'il était en transit à Munich avec sa famille. Il arrivait de Paris et comptait se rendre à Dubaï, selon la police. Une source policière française n'a pas été en mesure de préciser s'il voyageait ou non avec des documents d'identité en règle.

"Ce n'est pas un très gros "poisson", mais le parquet marocain l'accuse d'avoir été membre du Groupe islamiste combattant marocain" (GICM), a indiqué la source marocaine. Le GICM est un groupe interdit, tenu pour responsable des attentats de Casablanca qui ont fait 45 morts dont 12 kamikazes et une centaine de blessés le 16 mai 2003. Le GICM aurait été créé en 1998 par des ressortissants marocains passés par l'Afghanistan dans le but d'aider le mouvement islamiste radical Al-Qaïda.

Un couac à la douane à Paris ?

A la question de savoir pourquoi cet homme n'a pas été appréhendé à son départ de Paris, la source policière française a noté qu'il n'y a pas de contrôle de police entre Paris et Munich, en zone Schengen.

Fouad Charouali, qui a été placé en détention en Allemagne en attendant une éventuelle extradition, a été condamné à huit ans de prison le 11 juillet 2007 à Paris pour avoir participé à une cellule de soutien aux auteurs des attentats de Casablanca. L'accusation lui reprochait d'avoir hébergé en France des cadres du GICM.