Attentats de Bruxelles de mars 2016 : douze interpellations

  • A
  • A
Attentats de Bruxelles de mars 2016 : douze interpellations
Les unes de la presse au lendemain des attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.@ Montage unes de la presse internationale.
Partagez sur :

Quatorze perquisitions et douze interpellations ont eu lieu dans le cadre de l'enquête sur les attentats de mars 20146, a indiqué le parquet belge. Les perquisitions visaient a priori à localiser des caches d'armes.

Douze personnes ont été interpellées lors de 14 perquisitions menées dans l'agglomération bruxelloise dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 22 mars 2016 dans la capitale belge, a indiqué mardi le parquet fédéral belge.

Auditions, possibles maintiens en détention. La police a procédé à des perquisitions dans six communes bruxelloises: Evere (une perquisition), Saint-Gilles (une), Laeken (deux), Schaerbeek (huit), Haren (une) et Bruxelles-Ville (une), a précisé le parquet dans un communiqué. "Douze personnes ont été privées de liberté et emmenées par la police judiciaire fédérale de Bruxelles pour audition circonstanciée. Le juge d'instruction décidera dans les heures qui viennent de leur éventuel maintien en détention. Aucune autre information ne sera communiquée dans l'intérêt de l'enquête en cours", indique le bref communiqué.

Recherche de caches d'armes. Selon le quotidien belge La Dernière Heure, ces perquisitions visaient à localiser les lieux - sans doute des box de garage  - où la cellule djihadiste qui a commis les attentats à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles aurait caché des armes. Le parquet fédéral, chargé en Belgique des affaires de terrorisme, n'a pas confirmé cette information. Attribuées à la même cellule qui avait commis les attentats du 13 novembre 2015 (130 morts) à Paris, les attaques des kamikazes de Bruxelles, revendiquées par l'organisation Etat islamique (EI), ont fait cinq mois plus tard 32 morts et plus de 320 blessés. Depuis lors, les enquêteurs sont à la recherche d'armes que les membres des commandos auraient laissées dans des planques.

Vendredi dernier, un Belge de 30 ans, Yassine A., arrêté dans la foulée des attentats de Bruxelles, a également été inculpé dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Il a été inculpé "du chef d'assassinats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste en qualité de dirigeant". Yassine est le frère d'Oussama A., considéré par les enquêteurs comme un des coordinateurs depuis la Syrie des attentats dans les capitales belge et française.