Turquie : huit policiers tués dans une attaque attribuée au PKK près de la Syrie

  • A
  • A
Turquie : huit policiers tués dans une attaque attribuée au PKK près de la Syrie
Image d'illustration. @ OZAN KOSE / AFP
Partagez sur :

L'agence de presse progouvernementale Anadolu indique qu'au moins 8 policiers ont été tués, et que 45 personnes sont blessées.  

Au moins huit policiers ont été tués vendredi dans un attentat à la voiture piégée à Cizre (sud-est) attribué aux rebelles kurdes, au moment où, de l'autre côté de la frontière, la Turquie mène une offensive militaire pour faire reculer les Kurdes de Syrie.

Une longue colonne de fumée noire. Soixante-dix personnes ont également été blessées, a annoncé le ministre de la Santé Recep Akdag, dans cette ville de 100.000 habitants située à 2 km de la frontière avec la Syrie. Selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu, l'attaque a été perpétrée par les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). L'explosion a dévasté le quartier général des forces antiémeutes et une longue colonne de fumée noire s'élevait dans le ciel, selon des images diffusées par la télévision turque.



Dégâts et incendie en cours. Douze ambulances et deux hélicoptères ont été envoyés sur place, a annoncé le ministère de la Santé cité par la télévision turque. La violente explosion a eu lieu à 50 mètres du bâtiment, au niveau d'un poste de contrôle, a précisé Anadolu, ajoutant que la route principale reliant Cizre à la capitale de la province Sirnak, plus au nord, avait été fermée par les forces de sécurité. Les immeubles voisins ont également été endommagés par la déflagration et certains étaient encore en flammes, selon des images diffusées par la télévision.

Attaques quasi quotidiennes. Les forces de sécurité turques subissent des attaques quasi-quotidiennes du PKK, qui ont fait des dizaines de morts depuis qu'un cessez-le-feu de deux ans et demi entre les rebelles et les forces turques a pris fin pendant l'été 2015. Le PKK a intensifié ses attaques au cours des dernières semaines, après une relative accalmie suite au coup d'Etat militaire manqué contre le président Recep Tayyip Erdogan le 15 juillet. Cet attentat intervient deux jours après le lancement par les forces turques d'une offensive sans précédent en Syrie voisine visant, officiellement, à la fois les milices kurdes et les djihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Murat Karayilan, l'un des chefs du PKK basé en Irak, a expliqué que la guérilla était ulcérée par l'offensive turque dans le nord de la Syrie, qui vise, selon lui, davantage les Kurdes que l'EI.