Attentat en Russie : perquisitions chez des "connaissances" de l'auteur présumé de l'attentat

  • A
  • A
Attentat en Russie : perquisitions chez des "connaissances" de l'auteur présumé de l'attentat
Des afents de police en faction devant l'entrée du métro de Saint-Petersbourg.@ Olga MALTSEVA / AFP
Partagez sur :

Les connaissances seraient des ressortissants d'Asie centrale qui étaient en contact avec Akbarjon Djalilov, l'auteur présumé de l'attentat dans le métro de Saint-Petersbourg.

Les enquêteurs russes ont annoncé jeudi avoir perquisitionné le domicile des "connaissances" d'Akbarjon Djalilov, auteur présumé de l'attentat qui a fait 13 morts dans le métro de Saint-Pétersbourg.

Des "objets" saisis. Il s'agit de "ressortissants de pays d'Asie centrale qui étaient en contact avec Djalilov", a indiqué le Comité d'enquête sans préciser s'ils avaient été interpellés.  Des "objets importants pour l'enquête" ont été saisis au domicile de ces personnes, a ajouté le Comité dans son communiqué.

Examen d'éventuels liens avec l'Etat islamique. Les motifs d'Akbarjon Djalilov, également tué dans l'attentat, demeurent pour l'instant inconnus. Agé de 22 ans et né dans la région d'Och, au Kirghizstan, il vivait depuis 2011 en Russie. Mais le Comité d'enquête a auparavant indiqué examiner ses éventuels liens avec l'organisation Etat islamique (EI), en faisant référence pour la première fois à ce groupe djihadiste. La région d'Och où est né Djalilov est connue pour avoir fourni d'importants contingents au groupe EI en Syrie et en Irak. Selon les enquêteurs, avant de déclencher sa bombe artisanale entre les stations Sennaïa Plochtchad et Tekhnologuitcheski Institout, il avait déposé une seconde bombe dans une autre station du centre-ville de Saint-Pétersbourg, désamorcée à temps.

Mercredi, les forces de l'ordre russes ont annoncé avoir procédé à l'arrestation de sept ressortissants de pays d'Asie centrale à Saint-Saint-Pétersbourg, soupçonnés d'être des recruteurs de "terroristes", tout en précisant que ces interpellations n'étaient pas liées "pour le moment" à l'auteur présumé de l'attentat. Ils devaient être présentés jeudi devant un juge.