Attentat d'Istanbul : premiers rapatriements des blessés

  • A
  • A
Attentat d'Istanbul : premiers rapatriements des blessés
@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

Six jours après un attentat revendiqué par un groupe kurde qui a tué 35 personnes à Ankara, un "kamikaze" s'est fait exploser samedi en fin de matinée sur l'avenue Istiklal.

Un nouvel attentat-suicide a tué au moins quatre touristes étrangers et fait une trentaine de blessés samedi sur une célèbre avenue touristique d'Istanbul, dernière d'une série sans précédent d'attaques meurtrières qui secouent la Turquie depuis l'été. 

Trois Israéliens et un Iranien sont morts. L'équivalent israélien de la Croix-Rouge a annoncé dimanche avoir rapatrié à bord de deux avions cinq des Israéliens blessés dans l'attentat suicide qui a coûté la vie à quatre personnes, dont trois Israéliens, samedi à Istanbul. Selon le dernier bilan turc, l'attentat a fait quatre morts - trois Israéliens et un Iranien - et 36 blessés, parmi lesquels d'autres Israéliens, deux Irlandais, un Islandais, un Iranien, un Allemand et un citoyen de Dubaï. Les corps des trois Israéliens tués, dont eux étaient des binationaux israélo-américains, doivent être rapatriés dimanche par un avion de l'armée israélienne, a-t-on indiqué de sources militaires. Ces touristes israéliens faisaient partie d'un groupe qui effectuait un voyage culinaire en Turquie, ont précisé les médias.

Piste kurde ou djihadiste ? A Washington, la Maison Blanche a fait état de deux ressortissants américains tués, pour lesquels elle a fourni les mêmes identités que deux des tués israéliens. Il s'agit donc de binationaux israélo-américains. "C'est bien un attentat-suicide, une attaque terroriste", selon le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin. L'attentat n'a pas été revendiqué pour l'instant. Selon la presse proche du gouvernement islamo-conservateur turc, l'auteur de l'attaque a été identifié comme Savas Yildiz, 33 ans, un Turc présenté comme un combattant du groupe Etat islamique (EI). "Il s'est fait exploser devant un groupe de personnes devant la sous-préfecture: deux cibles différentes possibles", a expliqué une source diplomatique occidentale, selon qui "toutes les pistes sont ouvertes", kurde ou djihadiste.

La Turquie est secouée depuis cet été par une une série sans précédent d'attaques meurtrières.