Attentat de Tunis : le monde de la croisière en deuil

  • A
  • A
Attentat de Tunis : le monde de la croisière en deuil
@ YASUYOSHI CHIBA / AFP
Partagez sur :

Alors que les deux paquebots présents à Tunis lors de l'attaque du musée du Bardo prennent le chemin du retour dans une ambiance lourde, les compagnies de croisière ont suspendu leurs escales dans la capitale.

Un parfum macabre dans son sillage. Luxueux, massif, le Costa Fascinosa est arrivé vendredi au petit matin dans le port de Palma de Majorque, aux Baléares. Dans le sillage du palais flottant règne un parfum macabre, celui des 5 passagers tués et des 8 autres blessés dans l'attentat du musée du Bardo survenu lors de leur escale à Tunis mercredi.

Minute de silence et activités suspendues. Sur le pont du bateau, l'ambiance est lourde, très lourde pour les 3.000 passagers, repartis choqués de leur escale tunisienne. Avec l'équipage, ils ont respecté une minute de silence lors de la traversée et les activités ont bien évidemment été suspendues. 

Retour en avion possible. Les premiers touristes descendent du navire à partir de 8 heures du matin. Ils auront le choix entre visiter la ville de Majorque puis poursuivre leur trajet à bord du paquebot, ou prendre un avion pour rentrer au plus vite chez eux.

Destination l'Italie. La compagnie Costa Croisières propose en effet à ses clients de leur payer des billets pour rentrer chez eux par la voie des airs. Ceux qui préfèrent achever la traversée passeront encore par Marseille, dernière escale avant de rejoindre l'Italie, leur destination finale.

14 morts au total parmi les croisiéristes. Costa, tout comme son concurrent MSC dont un bateau était présent lors des attaques, ont décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre les escales à Tunis après l'attentat du musée du Bardo. MSC déplore pour sa part neuf morts, dont deux Français, ainsi que douze blessés et six disparus. A bord des deux paquebots, un soutien psychologique a été proposé, tandis que des lignes téléphoniques et des connexions internet gratuites ont été mises à la disposition des passagers désirant rassurer leurs proches.

Le tourisme, poumon économique tunisien, en danger ? Du côté des touristes français, les excursions ont également été suspendues, selon René-Marc Chikli, président du Syndicat des tour-opérateurs français (Seto), qui regroupe quelque 70 voyagistes tels TUI France, Fram, Club Méditerranée, Voyageurs du monde ou encore Kuoni France. Mais "les clients restent solidaires, on n'a pas eu de vague d'annulations", a-t-il assuré. Et "la confiance reviendra s'il y a une sécurisation de l'ensemble des sites". Mais ça prendra du temps…

>> LIRE AUSSI - En pleine évacuation, les députés ont entonné l'hymne national

>> LIRE AUSSI - En Tunisie, la menace terroriste est permanente

>> LIRE AUSSI - Une rescapée : "Ce qui m'a sauvée, c'est les gens devant moi"

>> VOIR AUSSI - Les images de l'attaque de Tunis

>> LIRE AUSSI - En Tunisie, le tourisme fragilisé