Attentat de Marrakech : l'heure du procès

  • A
  • A
Attentat de Marrakech : l'heure du procès
@ REUTERS
Partagez sur :

Les neuf suspects de l'attentat de Marrakech sont jugés à Rabat à partir de jeudi.

Reporté déjà à deux reprises, le procès de neuf suspects de l'attentat de Marrakech qui avait causé le 28 avril la mort de 17 personnes, dont huit Français, a repris jeudi au tribunal antiterroriste de Salé, ville jumelle de Rabat.

Adil El-Atmani va être entendu

La cour va entendre, entre autres, le principal prévenu, Adil El-Atmani, considéré comme l'auteur principal de l'attentat. Plusieurs témoignages assurent, que le jour de l'attentat, le suspect portait une perruque, des lunettes de soleil ainsi qu'un sac à dos chargé d'explosifs qu'il aurait actionnés quelques minutes après avoir quitté le café Argana, au coeur de la place Jamaa El Fna à Marrakech.

Le 28 juin, devant le procureur du pôle antiterroriste de Paris, ce vendeur d'espadrilles était revenu sur son rôle dans l'attentat. "Pour confectionner la bombe, j'ai pris les renseignements sur Internet. Je me suis inspiré de l'attentat de Bali, et aussi de celui du théâtre de Moscou" avait confié Adil El-Atmani. Il expliquait aussi avoir choisi la place Jamaa El-Fna de Marrakech "parce qu'elle est une destination favorite des Français, et des autres Occidentaux".

"Ce procès va me permettre de faire mon deuil"

Celui qui a exprimé ouvertement son allégeance pour Al-Qaïda assure aujourd'hui n'avoir rien fait et avoir subi des pressions pour parler. Il risque la peine de mort pour " atteinte grave à l'ordre public, assassinat avec préméditation et appartenance à un groupe religieux interdit".

Dans ce procès, les familles des huit victimes françaises se sont constituées parties civiles. Pour la première fois, jeudi, certaines d'entre elles vont être confrontées aux neuf suspects, dont Adil El-Atmani. Dans cet attentat, Jacques a perdu sa fille Maud, 29 ans, et son petit ami Eric, parents de deux enfants. "Ce procès va me permettre de faire mon deuil (…) J'ai envie d'entendre que des barbares vont être condamnés" confie t-il au micro d'Europe 1, à quelques heures de l'ouverture du procès.