Attentat de Manchester : "On repasse à un stade d'escalade militaire"

  • A
  • A
Partagez sur :

Après la revendication de l'attentat de Manchester par l'Etat islamique, François-Bernard Huyghe, directeur de recherches à l'IRIS, s'inquiète de voir l'organisation terroriste repasser à un stade de violence supérieur.

INTERVIEW

L'Etat islamique a revendiqué mardi l'attentat commis la veille dans une salle de concerts à Manchester. Pour François-Bernard Huyghe, directeur de recherches à l'IRIS, cela signifie que l'on "repasse à un stade d'escalade militaire" de la part de l'organisation terroriste. Alors que, "depuis quelque temps", Daech "avait provoqué des attentats amateurs ou brouillons", ce qu'il s'est passé à Manchester lundi soir montre que l'organisation terroriste revient "au stade de l'arme automatique, de l'explosif, avec des gens qui ont des connexions, peut-être de l'expérience", précise ce spécialiste des questions de terrorisme et de renseignement, interrogé sur Europe 1.

"Le problème n'est pas d'avoir le renseignement." Dès lors, est-il possible d'anticiper ce type d'attentat ? Selon lui, "le problème n'est pas d'avoir le renseignement", mais de savoir comment l'utiliser. "Le problème est de savoir comment est-ce qu'on traite de telles données pour, d'une part, être capable de repérer ceux qui sont vraiment dangereux (...) et d'autre part, qu'ils restent en prison assez longtemps", explique celui qui a écrit le livre Daech : l'arme de la communication dévoilée.

Une cible logique pour Daech. En revanche, François-Bernard Huyghe n'est pas étonné par la cible choisie pour perpétrer cet attentat puisque, "dans l'esprit de Daech", les jeunes filles qui vont à ce type de concert "sont de grandes pécheresses qui ont mérité la mort" : "Dans leur vision du monde, ce ne sont pas des victimes innocentes. Ce sont des ennemies de Dieu ou de grandes pécheresses."