Attentat de Manchester : cette piste libyenne qui inquiète les autorités

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Didier François, spécialiste des questions de terrorisme à Europe 1, l'Etat islamique est parvenu à transférer une partie de sa force de frappe en Libye.

ANALYSE

"Puissante et sophistiquée", voilà comment le New York Times décrit la bombe utilisée pour commettre l'attentat-suicide de Manchester. Le journal américain a publié mercredi des photos des restes de l'engin explosif du kamikaze. Et qui dit sophistiquée, dit "réseau". À Tripoli, en Libye, le père et le frère de Salman A. ont été arrêtés. Ce dernier reconnaît ses liens avec l'Etat islamique.

Un transfert de compétences en Libye. À ce stade de l'enquête, ce qui frappe, c'est donc que des terroristes agissant en Europe se soient donc préparés en Libye. Ce qui interpelle, et inquiète, les services de renseignement. "L'Etat islamique aurait réussi à transférer en Libye une partie de ses compétences terroristes pour mener des opérations suicides en Europe", indique Didier François, spécialiste des questions terroristes pour Europe 1. "Jusqu'à présent, ces opérations étaient pilotées depuis Raqqa, le fief de l'Etat islamique en Syrie. C'est d'ailleurs pour cette raison que la coalition internationale a mis une telle pression militaire sur la zone", précise-t-il.

"Une montée en gamme des explosifs dans la région". "Ce que les services de renseignement cherchent à savoir désormais, c'est le degré de ce transfert", explique Didier François. On a déjà observé l'arrivée de djihadistes étrangers et syriens dans le sud de la Libye, en provenance de Turquie et en transit par le Soudan. Sur cet itinéraire, très peu contrôlé si ce n'est par des milices et des trafiquants, ils n'ont en effet pas besoin de visas. "On a également observé depuis quelques mois une montée en gamme des explosifs dans la région, et tout particulièrement de ceux utilisés contre les troupes françaises au Sahel", souligne Didier François. "De toute évidence, on assiste là à un transfert de savoir-faire, venu d'Irak et de Syrie".

À Manchester, ce degré de technicité est d'ailleurs l'une des premières constatations des enquêteurs. La précision avec laquelle la bombe utilisée dans l'attentat a été réalisée révèle l'existence d'un artificier de très bon niveau. Et ce dernier pourrait être déjà installé en Europe…