Attentat de Jakarta : le bilan des victimes monte à quatre morts

  • A
  • A
Attentat de Jakarta : le bilan des victimes monte à quatre morts
@ ROMEO GACAD / AFP
Partagez sur :

ATTENTATS - Les attaques de jeudi dans la capitale indonésienne ont fait quatre morts. 

Le bilan des victimes des attentats de Jakarta est monté à quatre morts après le décès d'un passant qui a succombé à ses blessures, trois jours après les attaques revendiquées par l'organisation Etat islamique (EI).

Une victime initialement identifiée comme un assaillant. Parmi les quatre morts figure un homme que la police avait initialement identifié comme l'un des assaillants mais qui est en fait une victime civile, a précisé la police. Les quatre assaillants ont été tués au cours des attentats suicide et attaques à main armée qui ont détruit jeudi un café Starbucks et une guérite de police dans un quartier du centre de la capitale abritant des centres commerciaux, les bureaux de plusieurs agences de l'ONU ainsi que des ambassades, notamment celle de France.

Plus de 20 personnes ont été blessées, parmi lesquelles un Algérien, un Néerlandais, un Allemand et un Autrichien. Six policiers et un vigile ont également été blessés. "Une autre victime qui était dans le coma depuis le début est morte la nuit dernière", a déclaré un porte-parole de la police de Jakarta, Muhammad Iqbal. Il s'agit de Rais Karna, 37 ans, un Indonésien qui travaillait dans une banque à proximité et a succombé à de graves blessures par balle à la tête. La quatrième victime, Sugito, un Indonésien qui n'a qu'un patronyme, avait initialement été comptabilisé parmi les assaillants. Les deux autres victimes sont un Indonésien et un Canadien qui a aussi la nationalité algérienne.

De nombreuses arrestations. Après les attentats, les premiers de cette ampleur depuis près de sept ans dans ce pays d'Asie du Sud-Est, 12 personnes ont été arrêtées dans plusieurs régions de l'archipel, et l'une d'entre elles est soupçonnée d'avoir financé ces attaques avec des fonds reçus de l'EI, avait indiqué samedi police.