Attentat au Maroc : un premier suspect arrêté

  • A
  • A
Attentat au Maroc : un premier suspect arrêté
@ REUTERS
Partagez sur :

INFO E1 - Emprisonné en 2007 puis libéré, il était déjà recherché pour un attentat commis à Tanger.

C’est grâce au portrait robot, établi avec les indications des clients qui se trouvaient au café Argana lors de l'attentat commis le 28 avril à Marrakech, que l’homme a été arrêté. Il serait depuis interrogé discrètement par les services de renseignement marocains, selon les informations d'Europe 1. Du côté marocain, un responsable judiciaire proche de l'enquête a assuré jeudi, sous couvert de l’anonymat, que "personne n'a encore été arrêté". "Une enquête de cette envergure ne se déroule pas à ciel ouvert", a déclaré également jeudi le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication.

"Cellule catalane"

Selon les informations d'Europe 1, l'homme arrêté serait bien connu de la police marocaine. Adelatif Zarhaoui était déjà recherché depuis deux semaines, car il est également suspecté d’avoir commis une attaque dans un café touristique de Tanger il y a deux semaines. Armé d’un sabre, un homme avait alors tué un Marocain et blessé un touriste français.

Le suspect est connu des services de police pour ses liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). En 2007, il avait été arrêté en Espagne alors qu’il appartenait la "Cellule catalane", un groupe lié à Al-Qaïda. Extradé au Maroc, il avait été condamné à trois ans de prison et avait recouvré la liberté il y a peu.

Bombe par téléphone

Mercredi, la police s’était mise sur la piste de deux suspects. Selon LeFigaro, qui citait une source française proche de l'enquête, ils appartiendraient d’ailleurs tous les deux à "la mouvance d’Aqmi", alors que la police marocaine a fait de la piste Al-Qaïda une "piste sérieuse". Le quotidien avait en outre indiqué que "la bombe aurait été déclenchée à distance par téléphone", ce qui amenait les enquêteurs à vérifier "tous les éléments de téléphonie possible".

Deux portraits robots avait été établis également mercredi. Il y a celui d’un homme, assez jeune, cheveux courts et bien rasé, qui se trouvait sur la terrasse de l’étage du café Argana juste avant l’attentat, muni de deux gros sacs qui auraient pu contenir les explosifs. Et celui d’un autre homme qui était à l’extérieur du café et paraissait agité. Reste à savoir si Abdellatif Zarhaoui est lié à cet attentat, et à mettre la main sur son complice.