Une bombe explose à Bangkok : "on a senti les murs trembler"

  • A
  • A
Une bombe explose à Bangkok : "on a senti les murs trembler"
L'explosion d'une bombe a fait lundi soir à Bangkok au moins 16 morts et plus de 80 blessés. @ PORNCHAI KITTIWONGSAKUL / AFP
Partagez sur :

Quentin, un Français qui vit dans la capitale thaïlandaise, se trouvait à une cinquantaine de mètres.

L'attentat n'a pas été revendiqué pour l'instant. Une bombe a explosé lundi en plein cœur de Bankgok, faisant plusieurs morts et des dizaines de blessés. L'explosion, puissante, a eu lieu près d'un centre commercial et d'un sanctuaire très prisé par les fidèles et les touristes. Quentin, un Français qui vit dans la capitale thaïlandaise, se trouvait à une cinquantaine de mètres. "Il y a eu une énorme détonation, on a senti les murs trembler. C'était quelque chose que je n'avais jamais ressenti", raconte-t-il à Europe 1. "Très rapidement, on a vu de la fumée noire par les fenêtres", poursuit le Français.

Entendu sur Europe 1
A dix minutes près, j'étais en moto à côté.
Quentin, un Français vivant à Bangkok

Quentin décrit encore "la fumée, les gens qui couraient, les ambulances". Le Français en a réchappé de peu. "A dix minutes près, j'étais en moto à côté. C'est un lieu devant lequel je passe quatre à cinq fois par jour", explique-t-il, en se disant "bouleversé".

"Il y a eu une très grosse explosion", confirme Veronica, elle aussi habitante de Bangkok, jointe par Europe 1. "A 200 mètres de moi, j'ai vu un corps mutilé recouvert d'un drap blanc. Partout, il y a des motos qui ont été détruites par l'onde de choc de cette explosion. Tout autour, il y a des véhicules d'urgence, des militaires et des équipes de déminage".

Des raisons politiques ? Le ministre de la Défense, Prawit Wongsuwong, a affirmé que les auteurs de l'attentat visaient les "étrangers". "C'était une bombe de TNT (...), les gens qui ont fait ça visaient les étrangers pour porter atteinte au tourisme et à l'économie", a-t-il déclaré. La Thaïlande est toujours profondément divisée après près d'une décennie de troubles politiques, conclus par deux coups d'Etat. Par ailleurs, le sud du pays est en proie à un conflit qui a fait plus de 6.300 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans, soldats et civils, dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle. Les attentats y sont fréquents mais il n'y a jamais eu une attaque confirmée à l'extérieur de cette région malgré les années de guerre.