Les hommages se multiplient après l'assassinat d'une députée britannique

  • A
  • A
Les hommages se multiplient après l'assassinat d'une députée britannique
Une veillée en la mémoire de Jo Cox a rassemblé des dizaines de personnes près du parlement de Westminster.@ DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :

Une veillée à été organisée à Londres et à Birstall, dans le nord de l'Angleterre, quelques heures après la mort de la députée pro-UE Jo Cox.

Les hommages se sont multipliés depuis le Royaume-Uni et à l’étranger quelques heures après l’annonce de la mort de la députée pro-UE Jo Cox. L’élue de 41 ans, attaquée à Birstall en pleine rue jeudi, a finalement succombé à ses blessures. Dans la soirée les Britanniques sont venus se recueillir aux abords du parlement de Westminster à Londres, déposant fleurs et bougies.

"Une députée engagée et bienveillante". David Cameron a annulé un meeting pro-UE prévu dans la soirée à Gibraltar, après l’annonce du drame. "La mort de JoCox est une tragédie. C'était une députée engagée et bienveillante. Mes pensées vont à son mari Brendan et à ses deux jeunes enfants", a écrit ce dernier sur Twitter.



Une veillée à Londres. Le chef du Parti travailliste Jeremy Corbyn a salué la mémoire d'une militante et "parlementaire exemplaire" lors d'une veillée en sa mémoire qui a rassemblé des dizaines de personnes près du parlement de Westminster dans la soirée à Londres. "Ce soir, son mari Brendan est effondré et leur deux enfants ont perdu une maman qu'ils ne reverront plus jamais", a-t-il dit, entouré de collègues en larmes. "Ce qui s'est passé va au-delà de l'horreur", a-t-il ajouté. Une veillée était également organisée à Birstall, à proximité de la bibliothèque municipale où la députée avait pour habitude de rencontrer ses administrés.



La "profonde émotion" de François Hollande. Nombre de responsables européens parmi lesquels les Premiers ministres belge, luxembourgeois, danois et finlandais ainsi que la ministre des Affaires étrangères suédoise, ont présenté leurs condoléances. Le président français François Hollande a fait part de sa "profonde émotion" après l'assassinat de la députée et son Premier ministre Manuel Valls a jugé qu'"à travers elle, notre idéal démocratique a été visé".



Une attaque contre la démocratie. Le secrétaire d'État américain John Kerry, en visite à Copenhague, a estimé que c'était "une attaque contre tous ceux pour qui la démocratie importe". Au Luxembourg, l'Eurogroupe réunissant les ministres des Finances européens a marqué une minute de silence. Et le Fonds monétaire international (FMI) qui devait publier son rapport annuel sur l'économie britannique dans la nuit a décidé de reporter la publication de 24 heures.

Un précédent. En Suède, ce drame a rappelé un très mauvais souvenir. Le 10 septembre 2003, à quatre jours d'un référendum sur l'adoption de l'euro par la Suède, la ministre des Affaires étrangères Anna Lindh avait été mortellement poignardée à Stockholm par un déséquilibré qui avouera, longtemps après, qu'il avait agi par "haine envers les politiciens".