Assange va être fixé sur son extradition

  • A
  • A
Assange va être fixé sur son extradition
Les avocats de Julien Assange ont longuement plaidé contre l'extradition de leur client début février.@ REUTERS
Partagez sur :

La justice britannique va examiner la demande de la Suède concernant le fondateur de WikiLeaks.

Julian Assange est arrivé jeudi peu avant 11 heures au tribunal de Londres. Le créateur de WikiLeaks doit être fixé jeudi en Grande-Bretagne sur la demande d’extradition formulée par la Suède à son égard pour une affaire de violences sexuelles. L'Australien, âgé de 39 ans, dément pour sa part formellement les accusations d'agression sexuelle et de viol, portées par deux Suédoises pour des faits remontant au mois d'août dernier.

Il n'a fait aucune déclaration à la centaine de journalistes présents. Une vingtaine de partisans de Julian Assange se trouvaient devant l'enceinte du tribunal de Belmarsh, qui doit rendre sa décision. Certains avaient revêtu une combinaison orange évoquant la tenue des prisonniers de la base américaine de Guantanamo, où Julian Assange redoute d'échouer. D'autres partisans brandissaient des pancartes proclamant : "Sauvez WikiLeaks" et "Maintenez libre la liberté". La décision de la justice britannique ne sera cependant pas nécessairement définitive : elle peut faire l’objet de nombreux appels et recours.

"Un abus de droit"

Début février, les avocats de Julien Assange ont longuement plaidé contre l'extradition de leur client pendant trois jours devant le tribunal de Belmarsh, au sud de Londres. Il s'agit selon eux d'un "abus de droit" : la justice suédoise n'aurait nullement besoin d'extrader Julian Assange pour l'entendre. Ils avancent aussi que les faits reprochés à leur client ne sont pas des délits au regard de la loi britannique.

En Suède, le viol a en effet une définition beaucoup plus étendue que dans d'autres pays, ce qui vaut au pays nordique de détenir le record d'Europe du nombre de plaintes. La défense de Julian Assange juge en outre qu'il y a un "risque réel" qu'une fois extradé en Suède, le fondateur de Wikileaks soit envoyé aux Etats-Unis où il pourrait être interné sur la base de Guantanamo ou même condamné à la peine de mort.

Assange ferait appel d’une éventuelle extradition

Julian Assange a été arrêté début décembre à Londres dans le cadre du mandat d'arrêt lancé par la Suède, avant d'être libéré sous caution. Le fondateur de WikiLeaks, qui réside chez un ami à plusieurs heures de route de Londres, a déjà annoncé qu'il ferait appel d'une éventuelle décision d'extradition. Chacune des parties peut faire appel en plusieurs étapes et l'ensemble de la procédure prendra probablement des mois.

Les partisans du fondateur de WikiLeaks estiment que l'affaire vise à discréditer le travail du site internet WikiLeaks, qui a diffusé de nombreux câbles diplomatiques américains confidentiels. Ces révélations ont profondément embarrassé Washington et de nombreuses capitales.