Arrêté après 41 ans de cavale

  • A
  • A
Arrêté après 41 ans de cavale
A 68 ans, George Wrigght coulait des jours paisibles au Portugal@ Capture
Partagez sur :

George Wright était recherché pour meurtre et détournement d'avion.

Il a joué au chat et à la souris pendant 41 ans. La cavale de l'Américain George Wright a pris fin lundi à Sintra près de Lisbonne au Portugal, rapporte CNN. A 68 ans, l'ancien braqueur et pirate de l'air devrait être extradé vers les Etats-Unis dans les prochains jours pour y être incarcéré.

George Wright n'est pas un enfant de coeur. Loin de là. Sa vie de malfaiteur commence alors qu'il n'a que 19 ans. En 1962, il commence une série de braquages avec trois complices dans le New Jersey. Mais un soir, c'est le coup de trop. Le gérant d'une station service de Farmingdale, un vétéran de la Seconde guerre mondiale, est abattu par Wright et l'un de ses complices.

Clandestin dans la Black Liberation Army

Arrêté quelques jours après puis condamné en 1963 à une peine de 30 ans de prison maximum, George Wright se fait la belle de la prison d'Etat de Bayside à Leesburg en 1970. Il s'installe alors à Detroit et s'enrôle dans la Black Liberation Army, littéralement l'Armée de libération des Noirs, composée d'anciens des Black Panthers, le mouvement révolutionnaire afro-américain.

Son plus gros fait d'arme ? Le détournement d'un avion de ligne le 31 juillet 1972. Avec quatre complices, il s'empare du vol Delta Airlines 841 reliant Detroit à Miami. George Wright réclame 1 million de dollars pour libérer les 88 passagers. Une somme record que le FBI payera sans sourciller avec une condition, que les agents lui remettent l'argent en maillot de bain afin d'être sûr qu'ils ne portent pas d'armes.

Il réclame 1 million de dollars au FBI

Après une étape par Boston, les pirates mettent le cap sur l'Algérie. Le pays, alors dirigé par un gouverment socialiste, acceptait facilement de donner asile aux pirates et autres dissidents. L'avion et l'argent avaient pu repartir aux Etats-Unis mais les pirates étaient restés sur place.

En 1976, ses complices sont arrêtés à Paris. George Wright, lui, s'est évanoui dans la nature.

En 2002, Juan Mattos, l'U.S. marshal du New Jersey, unité de police fédérale spécialisée dans la recherche des fugitifs, remonte une piste menant à son arrestation il y a deux jours.