Bruxelles : trois arrestations en lien avec l'attentat déjoué en France

  • A
  • A
Bruxelles : trois arrestations en lien avec l'attentat déjoué en France
L'opération antiterroriste de vendredi à Bruxelles est liée au projet d'attentat déjoué jeudi en France.@ AFP
Partagez sur :

Une opération antiterroriste de grande envergure, liée au projet d'attentat déjoué jeudi en France, a eu lieu vendredi dans trois communes de Bruxelles.

L'ESSENTIEL

Une importante opération antiterroriste a été menée par les unités spéciales de la police fédérale, vendredi en début d'après-midi, en trois points de la banlieue bruxelloise, ont indiqué des sources policières. "Deux perquisitions" ont eu lieu et trois individus ont été arrêtés lors de cette opération, liée "à l'arrestation, hier soir, à Argenteuil du nommé Reda Kriket", a annoncé le parquet fédéral belge en milieu d'après-midi. 

Les informations à retenir :

  • Une nouvelle opération de police antiterroriste s'est déroulée à Bruxelles

  • Elle est liée au projet d'attentat déjoué jeudi en région parisienne

  • Trois suspects ont été interpellés

Trois individus arrêtés, deux blessés à la jambe. Un premier homme, Tawfik A. a été interpellé dans la commune bruxelloise de Forest. Un autre nommé Salah A. a été arrêté à Saint-Gilles, tandis qu'un troisième - dont le parquet fédéral n'a pas dévoilé l'identité - a été neutralisé un peu plus tard, à Schaerbeek, dans la banlieue de Bruxelles. Deux ont été blessés à la jambe au cours de leur interpellation. 

Les unités spéciales de la police fédérale ont pénétré dans une habitation de Schaerbeek et une explosion a été entendue, avait rapporté un peu plus tôt l'agence de presse Belga. Le maire de la commune, Bernard Clerfayt, avait confirmé les informations de médias belges, annonçant : "Une personne a été interceptée lors d'une opération de la police. Elle a été légèrement blessée à la jambe". 

Beaucoup d'images de cette opération de police impressionnante, saisies par des riverains, ont circulé sur les réseaux sociaux : 





Attentat déjoué en France. Ces perquisitions et arrestations sont en lien avec avec l'interpellation, jeudi, du Français Reda Kriket. Cet homme de 34 ans "suspecté d'être impliqué à haut niveau" dans un projet d'attentat "à un stade avancé", selon les termes de Bernard Cazeneuve, a été arrêté jeudi à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Cinq kalachnikovs, un fusil mitrailleur, huit chargeurs et sept armes de poing, et des explosifs, dont du TATP, ont été retrouvés dans un appartement d'Argenteuil (Val-d'Oise) qu'occupait cet individu connu des services antiterroristes, a indiqué une source proche de l'enquête. "A ce stade, aucun élément tangible ne relie ce projet aux attentats de Paris et de Bruxelles", avait toutefois affirmé jeudi soir le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

15 kg d'explosifs. Ces opérations policières se sont déroulées trois jours après les attentats qui ont fait 31 morts et 300 blessés mardi à l'aéroport et dans le métro de la capitale belge. C'est de cette même commune de Schaerbeek qu'étaient partis les kamikazes en direction de l'aéroport de Bruxelles, mardi matin. À l'adresse où un chauffeur de taxi les avait pris en charge, les policiers avaient découvert 15 kg d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, des détonateurs et une valise remplie de clous et de vis, ainsi que divers ingrédients servant à la confection d'engins explosifs.