Arabie saoudite : les femmes peuvent conduire, mais "le prince Ben Salmane n’est absolument pas féministe"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour Clarence Rodriguez, ancienne journaliste correspondante à Riyad, la possibilité donnée aux femmes de conduire doit permettre avant tout au royaume de soigner sa mauvaise santé économique.

INTERVIEW

C’est un jour historique pour les Saoudiennes : depuis samedi minuit, les femmes peuvent légalement conduire dans le royaume wahhabite. "Tout le monde attendait ce jour", confie sur Europe 1 la journaliste Clarence Rodriguez, qui a vécu 12 ans en Arabie saoudite. Mais loin de l'image de véritable révolution qu'on lui prête, cette mesure ne va pas pour autant permettre à toutes les femmes de s'émanciper.

Conservatrices et militantes brimées. "Ce sont surtout les femmes qui ont obtenu leur permis à l’étranger, ou qui l’ont passé ces dernières semaines dans les auto-écoles du pays, qui vont conduire. Mais les femmes issues des familles profondément conservatrices, avec des tuteurs - car les femmes sont toujours inféodées par un père, un frère… - n’auront pas l’autorisation de prendre le volant", explique Clarence Rodriguez. L’auteure de Arabie saoudite 3.0. rappelle en outre que des militantes sont toujours en prison pour avoir défendu ces dernières années le droit de conduire pour les femmes. "On a voulu les faire taire et elles, elles ne sont pas là aujourd’hui pour conduire." Selon des analystes, quelque 3 millions de femmes sur les 6 millions en âge de conduire dans le royaume pourraient obtenir leur permis d’ici 2020.

Ben Salmane veut mettre tout le monde au travail

"Une mesure purement économique". L’Arabie saoudite demeurait le dernier pays au monde à interdire aux femmes de conduire. Mais la levée de cette prohibition, voulue par le prince Mohammed Ben Salmane, cache une réalité bien pragmatique pour Riyad. "Ce sont des mesures purement économiques", assure Clarence Rodriguez. "Le prince met en place le plan 'Vision 2030' qui tend à diversifier l’économie, car depuis fin 2014, l’Arabie saoudite est plongée dans une crise économique sans précédent, à cause de la chute vertigineuse du prix du baril de pétrole", détaille-t-elle. Ainsi, "Mohammed Ben Salmane veut mettre tout le monde au travail, y compris les femmes. Car les femmes comptent, dans cette population de 30 millions d’habitants, pour 10 millions d’habitants."

Et Clarence Rodriguez d’appeler à la prudence : "Mohammed Ben Salmane n’est absolument pas féministe, ce n’est pas pour faire plaisir aux femmes cette mesure. Mais surtout pour permettre au royaume de rentrer dans cette ère de l’économie diversifiée, qui ne dépend plus seulement de la manne pétrolière."