Vague d'attentats suicide en Arabie saoudite

  • A
  • A
Vague d'attentats suicide en Arabie saoudite
@ AFP
Partagez sur :

Trois kamikazes ont fait exploser leurs bombes lundi près de mosquées dans trois villes d'Arabie saoudite, dont Médine.

Trois kamikazes ont fait exploser leurs bombes lundi près de mosquées dans trois villes d'Arabie saoudite, dont Médine, une rare vague d'attentats suicide à frapper le royaume en moins de 24 heures.

Un mode opératoire qui rappelle celui de l'EI. Les attaques, qui ont blessé au moins deux policiers, n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat, mais leur mode opératoire rappelle celui du groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui a revendiqué plusieurs attentats suicide meurtriers dans le royaume depuis plus d'un an. En début de soirée, une attaque s'est produite devant la Mosquée du prophète à Médine, très fréquentée par les fidèles en ces derniers jours du ramadan, le mois de jeûne sacré, selon la chaîne de télévision à capitaux saoudiens Al-Arabiya.

La télévision a montré des images de flammes se dégageant d'un parking proche de la mosquée, avec au moins un corps gisant à proximité. Médine est la deuxième ville sainte de l'islam après la Mecque. Aucune indication n'a été donnée sur cet attentat par les autorités.

"C'était un kamikaze". Quasi-simultanément dans l'est du royaume, un kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée chiite dans la ville de Qatif, ont indiqué des habitants, en affirmant que l'attaque n'avait pas fait de victimes. "C'était un kamikaze, j'ai vu son corps déchiqueté", a indiqué l'un des habitants témoin de l'attaque dans la ville de la Province orientale qui abrite la communauté chiite d'Arabie saoudite, pays sunnite.

La vague d'attentats a commencé à l'aube à Jeddah où un kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée, qui est située à proximité du consulat des Etats-Unis. Deux agents de sécurité ont été légèrement blessés, a indiqué le ministère de l'intérieur alors qu'aucun membre du personnel du consulat n'a été atteint selon l'ambassade américaine à Ryad. Le général Mansour al-Turki, porte-parole du ministère, a assuré que le kamikaze était "un résident étranger" âgé d'une trentaine d'années.