Aqmi menace de tuer les otages français

  • A
  • A
Aqmi menace de tuer les otages français
Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) met la pression sur le gouvernement français.@ Capture
Partagez sur :

Al-Qaïda au Maghreb islamique reproche à la France d'avoir appelé à "envahir" le Nord-Mali. 

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) met la pression sur le gouvernement français. L'antenne locale d'Al-Qaida menace de tuer les otages français enlevés en 2010 au Niger en représailles à l'appel de la France à "envahir" le Nord-Mali, selon Aqmi.

Ce message menaçant est adressé à la France au moment où l'Afrique de l'Ouest étudie les conditions d'un déploiement d'une force africaine au Mali pour aider l'armée malienne à reconquérir le nord du pays, en proie aux islamistes. Ces derniers occupent Tombouctou depuis début juillet, non sans avoir saccagé les mosquées et mausolées de cette ville symbole de la civilisation africaine. La France a promis son appui "logistique" à cette intervention souhaitée notamment par Alassane Ouattara, le président de la Côte d'Ivoire, pays frontalier du Mali.

"Nous sommes toujours ouverts à la négociation"

Un camp accueillant des touristes au Sahel, côté algérien. 930620

© MAX PPP

Dans ce message, Aqmi menace la France de "davantage de malheurs et de drames" que "la mort des otages" suite à cette "initiative folle". Mais surtout, pour la première fois, l'organisation terroriste s'adresse directement aux familles des quatre Français, salariés du groupe nucléaire français Areva et de son sous-traitant Satom, qu'elle retient en otages depuis deux ans. L'organisation affirme toutefois d'emblée : "nous annonçons, via ce communiqué, notre disponibilité aux négociations".

"C'est le gouvernement français qui a fermé la porte aux négociations et continue de mettre en danger la vie de vos fils (...). Au contraire, nous sommes toujours ouverts à la négociation (...) nous attendons de votre gouvernement qu'il fasse le premier pas, juste en prenant contact avec nous, afin de pouvoir tenir ses dernières promesses et assurances aux familles", assure l'organisation. Toutefois, selon les informations d'Europe 1, les négociations achopperaient plutôt sur le montant de la rançon - 90 millions d'euros - réclamée par Aqmi.

Ce message est publié par le site Internet mauritanien Saharamedias, qui avait déjà publié par le passé des déclarations d'Aqmi qui n'avaient pas été démenties. Cette agence en ligne, généralement très bien informée sur les activités des groupes islamistes armés dans le Nord du Mali, a indiqué avoir "authentifié" ce message auprès de ses réseaux.

Les familles prudentes 

16.08.Marie.Line.bondu.Pierre.Legrand.930.620

© MAXPPP

Contactées par l'AFP, les familles des otages n'ont pas souhaité "réagir à chaud", selon leur porte-parole, Mireille Blain. "J'attends", a simplement dit René Robert, grand père de l'otage Pierre Legrand.

Ces familles avaient été reçues le 13 septembre par François Hollande qui leur avait assuré que "tout était fait avec la plus grande détermination" pour obtenir la libération des otages enlevés au Niger, de même que celle de deux autres Français enlevés au Mali fin 2011, également aux mains d'Aqmi.