Apple : Dublin décide de faire appel de la décision de Bruxelles

  • A
  • A
Apple : Dublin décide de faire appel de la décision de Bruxelles
"Le gouvernement est unanime pour faire appel de la décision", a indiqué le porte-parole du gouvernement irlandais.@ GABRIELLE LURIE / AFP
Partagez sur :

 La Commission européenne, qui considère illégaux les avantages fiscaux accordés par l'Irlande à Apple, a condamné la firme américaine a payer 13 milliards d'euros. 

Le gouvernement irlandais a décidé de faire appel de la décision de Bruxelles demandant à Apple de rembourser à l'Irlande 13 milliards d'euros d'avantages fiscaux, a annoncé un porte-parole du ministère des finances irlandais vendredi. "Le gouvernement est unanime pour faire appel de la décision", a indiqué le porte-parole, une décision qui évite au fragile exécutif irlandais, dont les ministres étaient apparus divisés, de plonger dans une crise. La Commission européenne considère que les avantages fiscaux accordés par l'Irlande à Apple depuis le début des années 2000, sont illégaux.

"Une décision juridiquement fondée. Peu avant, la Commission s'est dit "persuadée, tout à fait certaine", que sa décision est "juridiquement fondée", par la voix du commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. "Quand on fait appel, (...) c'est parce qu'on a un doute sérieux, là en l'occurrence un appel ne peut pas être fait pour gagner du temps", a mis en garde le commissaire français.

Une session exceptionnelle mercredi. Le Parlement irlandais, qui devait faire sa rentrée le 27 septembre, sera convoqué en session exceptionnelle mercredi pour débattre du sujet.

Les Irlandais partagés. Les Irlandais sont divisés sur la question : certains souhaitaient en effet voir Dublin faire appel de la décision de la Commission européenne pour préserver l'économie du pays, qui profite énormément du faible taux d'impôt sur les sociétés, l'un des plus bas d'Europe à 12,5%. Les multinationales présentes en Irlande emploient plus de 170.000 personnes, soit quasiment 10% de la population active. Mais la pression populaire s'est faite de plus en plus forte pour voir ces milliards utilisés pour soulager le pays de la cure d'austérité qu'il subit depuis des années.