Appel de Taïwan à Trump : "rien de plus" qu'une conversation de courtoisie

  • A
  • A
Appel de Taïwan à Trump : "rien de plus" qu'une conversation de courtoisie
Mike Pence vient à la rescousse de Donald Trump.@ TIMOTHY A. CLARY / AFP
Partagez sur :

Le vice-président de Donald Trump tente de calmer le jeu en rappelant que le coup de fil entre le président américain élu et la présidente de Taïwan n'était qu'un "appel de courtoisie".

Le futur exécutif américain tente de calmer le jeu après un premier potentiel incident diplomatique. La conversation téléphonique entre Donald Trump et la présidente de Taïwan vendredi - qui a provoqué la colère de Pékin - n'était "rien de plus" qu'une conversation de courtoisie pour féliciter le président élu, a affirmé le futur vice-président de Donald Trump Mike Pence dimanche. 

"Répondre à un appel de félicitations". "Ce n'était rien de plus que de prendre le téléphone pour répondre à un appel fait par courtoisie, un appel de félicitations, par le dirigeant démocratiquement élu de Taïwan", a déclaré Mike Pence sur la chaîne ABC, soulignant que Donald Trump ne sera pleinement président que le 20 janvier. "Ils nous ont contacté comme d'autres responsables dans le monde l'ont fait et il (Donald Trump) a pris le téléphone, accepté ses félicitations et meilleurs vœux et voilà de quoi il en retourne", a encore minimisé Mike Pence.



L'une des plus proches conseillères de Donald Trump, Kellyanne Conway a elle aussi enfoncé le clou lors des émission politiques dominicales. "A ce stade, ce n'était qu'un coup de fil. Cela signale qu'il a accepté un coup de fil de félicitation", a-t-elle souligné sur Fox News Sunday. "Quand il aura été investi comme commandant en chef, il exposera clairement la totalité de ses intentions. Les gens ne devraient pas surinterpréter la chose", a-t-elle ajouté.

La colère de Pékin. Mais le coup de fil de la présidente de Taïwan Tsai Ing-wen et le fait que le président élu l'accepte, du jamais vu depuis 1979, ont provoqué la colère de la Chine. Dès samedi, Pékin a fermement rappelé qu'à ses yeux il "n'existe qu'une seule Chine, et Taïwan est une part inaliénable du territoire chinois". Experts et diplomates se sont interrogés sur la signification de cette rupture avec la tradition bien établie des Etats-Unis envers la Chine : changement délibéré de politique envers Taïwan et la Chine ou erreur d'appréciation. Donald Trump avait en tout cas violemment attaqué la politique commerciale de la Chine durant sa campagne, rendant crédible un changement possible de politique américaine envers Taïwan.