Anne-Sophie a partagé un repas avec le pape

  • A
  • A
Anne-Sophie a partagé un repas avec le pape
Anne-Sophie a eu la chance de déjeuner avec le pape.@ Capture France 2
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - Douze jeunes, dont cette Française, étaient à la table du pape lors des JMJ. Impressions.

L'INFO. Le pape continue sa tournée triomphale au Brésil pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). La dernière messe est prévue dimanche. Samedi soir, le pape célèbre une veillée de prière sur la plage de Copacabana pour les presque deux millions de jeunes catholiques réunis à Rio de Janeiro. Certains d'entre eux ont d'ailleurs été plus chanceux que d'autres. Ils ont partagé un repas avec le pape en personne. Il s'agit de douze jeunes, venus des quatre coins du monde. Parmi ces "VIP", une française de 27 ans, Anne-Sophie. C'est la seule des 5.000 français sur place à s'être retrouvée à la table du pape pendant plus d'une heure.

"Quelqu'un de bienveillant". De l'entrée au café, elle n'est pas prête d'oublier ce moment. "J'étais très émue. Toutes les cinq minutes, j'arrêtais de l'écouter et, juste, je le regardais en me disant : 'c'est le pape !'", a-t-elle raconté à Europe 1 à l'issue du repas. La personnalité de François l'a également séduite. "Je l'ai trouvé simple, bon, d'une simplicité… Quelqu'un avec qui j'aurais aimé pouvoir converser plus longtemps, quelqu'un qui ne vous intimide pas mais au contraire avec qui vous avez envie d'aller plus loin, quelqu'un de vraiment bienveillant", a-t-elle affirmé encore ravie de ce repas partagé avec la plus haute autorité de l'Eglise catholique.



JMJ : Anne-Sophie a mangé avec le papepar Europe1fr

"Un krach boursier, une nouvelle". Le temps d'une conversation, Anne-Sophie a littéralement "bu" les paroles de François. "On a parlé de la douleur, de la façon dont on pouvait s'engager en tant que jeune. Il nous a dit : 'tout le monde sait qu'il y a des gens qui souffrent. Tout le monde sait qu'il y a des gens qui meurent de faim, ce ne sont pas des nouvelles. Il y a un krach boursier, ça c'est une nouvelle'. C'est tout simple et ça fait beaucoup réfléchir", a-t-elle assuré au micro d'Europe 1. Anne-Sophie a aussi pu mesurer l'humour dont peut faire preuve le pape. "Il fallait parler lentement et fort. Il a fait une blague en disant qu'il était un peu sourd d'une oreille et que ça posait bien des problèmes à l'esprit saint et qu'il avait du mal à se faire entendre", a-t-elle ajouté.