Angry Birds possible mouchard de la NSA

  • A
  • A
Angry Birds possible mouchard de la NSA
@ REUTERS
Partagez sur :

SURVEILLANCE - D'après le New York Times, la NSA collecte des données d'utilisateurs via les applis pour smartphone.

L'INFO. Après les données téléphoniques, les SMS ou les jeux en ligne, les applis. D'après le New York Times de lundi, la NSA, l'agence américaine de renseignement chargée des interceptions de communications, tout comme son homologue britannique du GCHQ collectent quantité des données sur les utilisateurs d'applications sur smartphone, que ce soit Facebook ou Google Maps.

Des données sur les utilisateurs. Une nouvelle fois, ces révélations, comme les précédentes, sont issues de documents fournis par l'ancien consultant Edward Snowden. Selon le quotidien américain, dès que quelqu'un utilise une application sur son smartphone, ce programme fait apparaître quantité de données sur la localisation de l'utilisateur ou encore la liste de ses contacts. Des données que la NSA et le GCHQ britannique récupèrent dans le cadre de leurs vastes programmes de collecte.

Angry Bird, ce mouchard.Le quotidien britannique The Guardian cite notamment le cas de l'appli Angry Birds, véritable carton des jeux sur smartphone, qui pourrait être utilisé par ces services pour récupérer des données. Interrogé par le quotidien, l'éditeur du jeu, Rovio, dit n'avoir eu aucune connaissance d'un tel système de surveillance. Via d'autres applications, comme Facebook ou Twitter, les services pourraient en outre récupérer des données précises sur la vie d'un individu : son origine, sa localisation, son âge, son statut marital, son orientation sexuelle ou même encore son niveau d'études.

La NSA "ne dresse pas le profil des Américains ordinaires". Sollicité par l'AFP, la NSA s'est retranchée sur sa ligne de défense désormais habituelle en affirmant que "les communications des personnes qui ne sont pas des cibles étrangères valides n'intéressent pas la NSA". L'agence "ne dresse pas le profil des Américains ordinaires. Nous collectons seulement les communications qui sont autorisées par la loi pour des raisons de surveillance et de contre-espionnage de cibles étrangères, quels que soient les moyens techniques utilisés par les cibles", a affirmé une porte-parole de la NSA, Vanne Vines.

sur le même sujet, sujet,

CYBER-ESPIONNAGE - La Russie nous espionne-t-elle ?

NSA - Obama promet la fin de l'espionnage des alliés

ESPIONNAGE - La NSA collecte les SMS par millions

RÉTRO - 2013 : y a-t-il quelque chose que la NSA n'a pas encore espionné ?