Allemagne : la cavale d’Yvonne la vache

  • A
  • A
Allemagne : la cavale d’Yvonne la vache
Yvonne la vache s'est enfuie pour échapper à l'abattoir. Elle est introuvable depuis deux mois.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le bovidé nargue la police et les paysans bavarois depuis sa fuite le 24 mai dernier.

Voilà plus de deux mois que la petite ville bavaroise de Mühldorf est mobilisée pour mettre fin à la cavale d’une dangereuse fugitive. La vache Yvonne, promise à l’abattoir et sans doute mue par son instinct de survie, a échappé à la vigilance de ses propriétaires depuis le 24 mai dernier.

"La vache la plus intelligente que j’ai jamais vu"

L’animal a trouvé refuge dans l’épaisse forêt située près de la petite municipalité. Avec semble-t-il l’habileté d’une biche, puisque malgré un important dispositif, comptant jusqu’à 100 personnes, elle demeure introuvable. "La vache la plus intelligente que j’ai jamais vu", disait vendredi encore un habitant de Mühldorf.

Pourtant, si elle était retrouvée, Yvonne échapperait désormais à l’abattoir. Une association de défense des animaux, touchée par son histoire, l’a en effet rachetée pour 700 euros à son propriétaire. Mais rien n’y fait. La vie dans ces petits bois infesté de ronces et de houx lui paraît sans doute plus douce que les pâtures grasses de Bavière. Impossible de l’en déloger. Même les chevaux se blessent les pattes. Les chiens, eux, ne l’effraient pas.

Une voiture de police renversée

Le jour, Yvonne reste tapie, invisible avec son pelage marron. La nuit, il lui arrive de faire des dégâts. Récemment, avec ses 700 kilos, elle a renversé une voiture de police. C’est à ce moment-là qu’elle est devenue la bête à arrêter et même à abattre pour la sécurité des habitants. Deux chasseurs ont été chargés de sillonner les bois pour la retrouver. Des associations ont alors élevé la voix pour appeler les autorités à la clémence.

Alors, les autorités ont eu l’idée d’aller chercher Waltraud la sœur d’Yvonne, qui paissait, tranquille, dans une ferme d’Autriche. Les deux vaches laitières s’adoraient avant d’être déparées. Et d’ailleurs, la nuit qui a suivi l’arrivée de Waltraud, Yvonne est bien sortie du bois. "Mais elle sait que nous ne pouvons pas tirer quand il fait sombre", reconnaît le vétérinaire chargé de l’endormir avec une seringue hypodermique. Et le bovin est reparti dans ses bois. Pour reprendre sa nouvelle vie.