Allemagne : coups de feu à Munich, plusieurs blessés

  • A
  • A
Allemagne : coups de feu à Munich, plusieurs blessés
@ Oliver Berg / dpa / AFP
Partagez sur :

Trois personnes dont une policière ont été blessées mardi matin par "des coups de feu" tirés dans une gare de la banlieue de Munich où une personne a été interpellée.

Plusieurs coups de feu ont été tirés mardi matin dans la gare de trains d'Unterföhring, dans la banlieue de Munich. La police allemande fait état de trois blessés. Le suspect a été arrêté. 

Le suspect s'est emparé de l'arme de la policière. Les coups de feu ont éclaté dans la matinée, lors d'un contrôle de police, a indiqué lors d'une conférence de presse le porte-parole de la police de Munich, Marcus da Gloria Martins. Lors du contrôle, un homme, dont l'identité n'a pas été révélée, a tenté de pousser un ou plusieurs agents sous les roues d'un train qui entrait en gare. Une empoignade s'en est suivie, durant laquelle l'homme s'est emparé de l'arme d'une policière, en a fait usage la blessant "grièvement" à la tête.

"Entre la vie et la mort". La policière est entre la vie et la mort, a déclaré Marcus da Gloria Martins à la télévision allemande. Deux autres personnes ont été également touchées sérieusement mais le pronostic vital n'est pas engagé. 

"Pas de motivation politique ou religieuse". L'auteur du tir a aussi été blessé par balle mais ses jours ne sont pas en danger. "Il s'agit d'un homme agissant seul et pour des raisons personnelles, il n'y a pas de motivation politique ou religieuse", a-t-il ajouté. "La situation est sous contrôle", a indiqué la police de Munich sur Twitter. Le transport ferroviaire a néanmoins été interrompu, et un dispositif policier très important a été déployé dans les minutes qui ont suivi les tirs.

Le terrible souvenir de l'été dernier. La capitale bavaroise a été endeuillée l'été dernier par un adolescent déséquilibré de 18 ans qui avait semé la terreur dans un restaurant McDonald's et un centre commercial, tuant neuf personnes avant de se suicider alors que la police allait l'interpeller. Le jeune homme, qui souffrait de troubles psychiatriques, était fasciné par l'auteur du massacre commis cinq ans plus tôt jour pour jour à Oslo par le Norvégien Anders Behring Breivik, qui a tué 77 personnes.