Alep, entre dévastation et survie

  • A
  • A
Alep, entre dévastation et survie
@ REUTERS
Partagez sur :

REPORTAGE - Les combats font rage dans la ville syrienne, majoritairement contrôlée par les rebelles.

La bataille d’Alep se poursuivait jeudi, avec son lot d’atrocités et de destructions. François Clauss, envoyé spécial d’Europe 1 en Syrie, a réussi à pénétrer dans la ville, la plus peuplée de Syrie avec  4 millions d’habitants, en comptant les faubourgs, et 2,5 millions dans le seul centre-ville.

Crainte d’un cycle de vengeance

Les forces de l’Armée syrienne libre (ASL), qui contrôlent désormais le nord d’Alep et se battent au sud de la ville, subissent une double pression : les frappes aériennes du pouvoir et la présence au sol des "chabiha", ces groupuscules de terreur fidèles au régime déployés par Bachar el-Assad ces dernières semaines.

"Il y a de la vengeance dans l’air", selon François Clauss, qui évoque des scènes terribles que les rebelles ont montrées en vidéo. Comme celles de cette famille, qui compte dans ses rangs des "chabiha", massacrée par les insurgés, ou encore les meurtres quotidiens de ces milices.

Selon l’envoyé spécial d’Europe 1 en Syrie, la présence de ces différents groupes à Alep laisse augurer un cycle de vengeance confessionnel, qui serait dévastateur.

La ville divisée en trois zones

Alep est désormais divisée en trois zones. Le nord de la ville est entièrement aux mains des rebelles et porte les stigmates de la bataille. Tout le long du grand périphérique d’Alep, des dizaines de bus calcinés ont servi de barricades lors des récents combats.

Dans cette partie de la ville, un semblant de vie perdure. Certains commerces sont ouverts et des files d’attente énormes se constituent devant les boulangeries.

En revanche, beaucoup d’habitants ont quitté les quartiers en guerre et continuent de s’entasser dans des pick-up pour se réfugier dans cette zone.

Des quartiers martyrs

Plus on descend vers le centre et le sud d’Alep, plus on ressent l’état de guerre, raconte François Clauss. La ville est dévastée, des quartiers martyrs apparaissent.  Le correspondant d’Europe 1 a traversé une rue qui a été bombardée par les avions MIG-23. Des images qui rappellent terriblement celles de Beyrouth, en 2006 après la guerre avec Israël, ou de Dresde lors de la campagne d'Allemagne, en 1945.

Les immeubles sont à terre, les maisons en ruines. Toutes les populations civiles ont quitté ces quartiers aujourd’hui aux mains des rebelles.

Défections au sein de l’armée

Lors de la bataille d’Alep, deux éléments ont été décisifs dans le renversement du rapport de force et la prise de contrôle partielle des rebelles.

En premier lieu, les défections dans les rangs de l’armée, qui ont continué ces dernières semaines. Des officiers rencontrés mercredi ont affirmé à Europe 1 avoir rejoint les rangs de la rébellion il y a moins d’un mois. Chargés du renseignement, ils ont confirmé la présence d’Iraniens et de Russes qui les aidaient à surveiller les moyens de communication de l’armée, la manière de brouiller les satellites et d’aller chercher des informations via les moyens de communication. Toutefois, 80% du corps des officiers de l’armée de Bachar el-Assad sont des alaouites et sont encore fidèles au régime.

Contrôle de la frontière turque

Parmi les soldats, de nombreuses défections ont également été constatées. Devant les massacres de leurs familles et de leurs amis dans leurs quartiers, un certain nombre ont finalement changé de camp.

L'utre élément décisif dans le basculement d’Alep est le contrôle récent de la frontière turque par les brigades rebelles du nord de la Syrie. Une situation qui permet un approvisionnement en armes de la rébellion, notamment en lance-roquettes. Selon un rapport de l’ONU, l’Armée syrienne libre disposerait même désormais de tanks et d’armements lourds dérobés au régime.