Albert II veut plus d’argent de poche

  • A
  • A
Albert II veut plus d’argent de poche
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ancien roi des Belges estime que sa dotation publique de 923.000 euros est insuffisante.

L’INFO. En période d’austérité budgétaire, les récriminations d’Albert II font un peu mauvais genre. L’ancien roi des Belges, qui a abdiqué en juillet en faveur de son fils, juge en effet insuffisante sa "dotation" annuelle de 923.000 euros bruts, révèle Le Soirjeudi. A tel point que l’ex-souverain négocie en tout discrétion pour que certains de ses frais soient pris en charge par l’État.

Une dotation annuelle et dix collaborateurs. Pendant les vingt ans qu’a duré son règne, entre août 1993 et juillet 2013, Albert II touchait une "liste civile" s’élevant à 11,5 millions d’euros. Mais depuis qu’il a quitté ses fonctions royales, il ne perçoit "plus qu’"une dotation annuelle de 923.000 euros bruts, soit environ 700.000 euros nets. L’ex-roi des Belges bénéficie aussi d’une équipe de dix collaborateurs, en plus du personnel de sécurité mis à sa disposition.

Albert II et Paola à Gand.

© REUTERS

"Il se plaint amèrement". Mais tout cela ne suffit pas : Albert II "se plaint amèrement de sa dotation", écrit Le Soir. L’ancien souverain "dit qu’il n’a pas été traité comme il l’espérait et que cela le met dans les difficultés". Des "proches" d’Albert tentent donc de "trouver des solutions pour augmenter indirectement ses revenus". L’ancien roi voudrait notamment faire financer certaines de ses dépenses par l’État. Sur la liste figurent les dépenses d’entretien de sa résidence à Bruxelles, le château du Belvédère. Mais aussi une possible prise en charge par la Marine des frais de carburant de l’Alpa, son luxueux yacht estimé à 4,6 millions d’euros et immatriculé comme bâtiment militaire.

Pas encore de réponse du gouvernement. Albert II aurait lui-même approché le gouvernement et notamment le Premier ministre, Elio Di Rupo. "L’enthousiasme ne doit pas être grand", note Le Soir. Aucune réponse n’a encore été donnée au souverain. Quant au Palais royal, il n’a pas commenté ces informations… mais ne les a pas non plus démenties.

"Malaise" en Belgique. En Belgique, cette révélation "suscite le malaise", note le quotidien belge dans un éditorial, notant que la réclamation d’Albert II "paraît déplacé[e]". Sur Twitter, des Belges s’insurgent avec humour contre l’ancien souverain.

Quant au parti indépendantiste flamand N-VA, il s’est aussitôt engouffré dans la brèche, dénonçant une réclamation "particulièrement choquant[e]", après s’être déjà opposé à l’octroi d’une dotation à l’ancien roi.

sur le même sujet

DECLA - Le " url_id="244917">DECLA - Le "gros kiss" d'Albert II

ZOOM - Le roi Philippe sera-t-il plus Baudoin ou Albert ? " url_id="229605">ZOOM - Le roi Philippe sera-t-il plus Baudoin ou Albert ?

ZOOM - La nouvelle vie d’Albert II " url_id="229579">ZOOM - La nouvelle vie d’Albert II