Alaska : un village menacé par la montée des eaux vote un déménagement

  • A
  • A
Alaska : un village menacé par la montée des eaux vote un déménagement
Une maison qui s'est effondrée au cause de l'érosion d'une plage du village de Shishmaref en 2007. @ GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

Pour faire face à la montée des eaux qui menace un village d'Alaska situé sur une île, les habitants votent le principe d'un déménagement sur le continent.

Les effets du réchauffement climatique se voient plus ou moins. Pour les habitants du village de Shishmaref, dans l'Etat d'Alaska, il se compte en dizaines de mètres de terre perdus au profit de la montée des eaux. Les insulaires ont voté le principe d'un déménagement sur le continent pour faire perdurer l'existence du village, le 18 août 2016. "Notre communauté de Shishmaref va bientôt mourir avec son dialecte des esquimos inupiak unique, ses danses esquimos uniques et ses chants de gospel traduits en Inupiak uniques en leur genre. Tout cela va mourir si nous ne déménageons pas", a affirmé Esau Sinnok, ambassadeur de la jeunesse de l'Arctique, à la radio NPR.

Un petit village d'irréductibles Inuits. Pour trouver le village de Shishmaref, il faut se rendre sur une île au large des côtes d'Alaska à seulement 50 kilomètres du cercle polaire. Ses quelques 650 habitants appartiennent pour la plupart à la communauté des Inupiaks, un peuple de chasseurs et de pêcheurs aux traditions centenaires. "Notre communauté insulaire a découvert des objets vieux de 500 ans", rappelle Dona Barr, secrétaire du conseil municipal à CNN. Mais le village, installé sur une langue de sable de 2 kilomètres de long et 500 m de large, est menacé par l'érosion de ses côtes depuis plusieurs dizaines d'années.

Shishmaref, Alaska, réchauffement climatique - 1280 Crédit : ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Une maison de Shishmaref au bord d'une plage menace de s'écrouler en juillet 2015


Une mer qui grignote les côtes. "Ces 35 dernières années, nous avons perdu entre 750 et plus de 910 mètres de terre", explique Esau Sinnok sur un blog gouvernemental. "Ces quinze dernières années, nous avons changé 13 fois de maison, d'un bout à l'autre de l'île", renchérit-il. Face à cette situation, les habitants avaient déjà voté en 2002, à 161 contre 20, en faveur d'une relocalisation du village pour échapper aux violents orages et aux effets de l'érosion, rapporte un communiqué de la communauté. Mais le coût a, semble-t-il, freiné les travaux. Une étude du Corps des Ingénieurs de l'Armée parue en 2004 évoquait une somme de 185 millions de dollars, soit 163 millions d'euros pour une telle opération.

Shishmaref, Alaska, réchauffement climatique - 1280 Crédit : ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le village de Shishmaref vit de chasse et de pêche en mer


Des effets du réchauffement climatiques de plus en plus menaçants. Mais la situation est devenue de plus en plus urgente et un nouveau vote a été organisé cette année. Le greffier municipal a annoncé que 94 personnes ont voté en faveur d'un déménagement et 78 se sont prononcées pour une protection sur place, d'après la radio NPR. Les habitants craignent que le village ne finisse par disparaître complètement dans les prochaines années. En février 2016, quatre nouveaux emplacements ont été sélectionnés pour accueillir le village. Mais d'après le greffier, seuls deux sont envisageables. Une situation qui concernerait également 31 autres villages d'Alaska, selon une étude gouvernementale. En attendant une solution définitive, les habitants continuent de pêcher dans l'estuaire et de chasser des troupeaux de caribous qui sillonnent la toundra pour continuer de se nourrir entre deux livraisons de vivres.