Akhmetov, l’oligarque qui joue les hommes de paix

  • A
  • A
Akhmetov, l’oligarque qui joue les hommes de paix
L'oligarque ukrainien Rinat Akhmetov a beaucoup investi dans son club de Donetsk.@ REUTERS
Partagez sur :

PORTRAIT - La première fortune d’Ukraine aurait beaucoup à perdre en cas de partition du pays. 

Pour faire gagner le Shakhtar Donetsk, Rinat Akhmetov n’hésite pas à sortir son chéquier. Rien n’est trop beau pour le club de football de l’est ukrainien : des joueurs cotés, recrutés à coups de millions, et un stade ultramoderne de 50.000 places. Le propriétaire de l'équipe en a les moyens : Rinat Akhmetov, 47 ans, est à la tête de la première fortune d’Ukraine. Et comme une bonne partie de son empire industriel est concentré dans l’est du pays, il s’implique dans la crise séparatiste qui le secoue et dans laquelle il risque beaucoup.

A Marioupol, dans le sud-est du pays, son usine métallurgique Ilitch est le premier employeur de la région. Les seules cotisations de ce site représentent pas moins de 25% du budget de la région de Donetsk. La semaine dernière, des émeutes meurtrières y ont éclaté et c’est en partie grâce à l’implication du milliardaire que la situation n'a pas totalement dégénéré. Car la direction de l’usine a carrément mis sur pied une milice non-armée, recrutée parmi ses quelque 30.000 employés dans cette seule ville de 500.000 habitants. Dans les rues de Marioupol, on peut donc croiser des groupes d’hommes portant la veste de l’usine en train de patrouiller, accompagnés de policiers. 



Depuis, le calme semble être revenu dans la ville. L’usine de l’oligarque ukrainien a aussi aidé la police directement, en lui fournissant du carburant. Rinat Akhmetov n’entend pas s’arrêter là : d’après le directeur de l’usine de Marioupol, des patrouilles vont être constituées dans d’autres villes de la région de Donetsk où l’empire d’Akhmatov emploie au total environ 300.000 personnes.

Rinat Akhmetov, ukraine

© REUTERS

Rinat Akhmetov, réputé proche du président déchu Viktor Ianoukovitch, a fait une courte incursion dans la sphère politique, se faisant élire député en 2006, avant de renoncer à se représenter en 2012. Depuis, l’oligarque, dont la fortune, bâtie en partie sur le charbon, est estimée à plus de 11 milliards de dollars selon le magazine Forbes, se pose en homme de paix. Aux yeux de nombreux Ukrainiens, il représente l’archétype des oligarques qui font la pluie et le beau temps dans le pays. 

Akhmetov et Ianoukovitch, Ukraine

© REUTERS

Et l’homme n’a pas renoncé à toute influence politique. Depuis le début de la crise, il fait tout ce qu’il peut pour afficher son attachement à une Ukraine unie. Tout en n’hésitant pas à rencontrer les pro-Russes. L’oligarque a demandé à Kiev de cesser son opération militaire destinée à reprendre le contrôle des régions de l’est du pays. Le 12 mai, dans le journal Rossiskaya Gazeta, un leader séparatiste assurait qu’Akhmetov finançait certains des pro-Russes, afin de "désamorcer" le mouvement. Akhmetov a nié, mais laissé entendre qu’il avait discuté en coulisses avec les séparatistes, non pas pour les "acheter", mais pour "les persuader", raconte Bloomberg. Car, note le Financial Times, l’homme d’affaires qui a beaucoup investi dans la région aurait beaucoup à perdre en cas de partition. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

OU EN EST-ON ? - Un lendemain de référendum en Ukraine

DIPLOMATIE, MAIS PAS TROP - La Russie appelle au dialogue après le référendum

REPORTAGE - Référendum en Ukraine :"je ne veux pas faire partie de la Russie"

DIPLOMATIE - Dans le Caucase, Hollande affiche sa fermeté sur l'Ukraine

UKRAINE - La mémoire "sélective" de Poutine