Agressions sexuelles à Cologne : non-lieu pour le premier suspect jugé

  • A
  • A
Agressions sexuelles à Cologne : non-lieu pour le premier suspect jugé
Le premier suspect des agressions sexuelles de Cologne a bénéficié d'un non-lieu. @ MARIUS BECKER / DPA / AFP
Partagez sur :

La justice allemande peine à confondre les coupables ayant commis des agressions sexuelles lors de la nuit du Nouvel An à Cologne, en Allemagne.

Le premier suspect jugé a bénéficié d'un non-lieu. La justice allemande a abandonné vendredi les poursuites pour "agression sexuelle" contre un Algérien de 26 ans, soupçonné jusqu'à alors d'avoir commis des agressions sexuelles contre des femmes lors de la Saint-Sylvestre à Cologne, en Allemagne. La victime n'a pas été capable de reconnaître le prévenu comme étant formellement son agresseur.

La victime saisie au niveau des fesses. Selon l'accusation, le prévenu faisait partie d'un groupe d'une dizaine d'hommes ayant encerclé la victime à la gare de Cologne avant de la saisir au niveau des fesses, des hanches et de la taille. La scène aurait duré deux à trois minutes. L'homme a toutefois été condamné à six mois de prison avec sursis pour "tentative de vol" et "recel" de téléphones portables, sans rapport avec les agressions du 31 décembre.

Neuf condamnations pour "vols". Quatre mois après cette vague de violences, la justice peine à confondre les coupables de quelque 500 cas d'agressions sexuelles ayant fait l'objet d'une plainte. Seul un Marocain de 33 ans répond depuis le 11 avril de faits à caractère sexuel commis à Düsseldorf, ville voisine de Cologne. Neuf hommes ont par ailleurs été condamnés pour les incidents de la nuit du Réveillon, tous pour des faits de vols.

1.200 plaintes et 120 suspects identifiés. Au total, le parquet a reçu près de 1.200 plaintes pour les vols et violences, attribuées à des migrants. Parmi ces plaintes, 492 font référence à des agressions sexuelles. La plupart des 120 suspects identifiés sont originaires d'Algérie ou du Maroc. En février, le chef de la police locale avait reconnu que la plupart des auteurs pourraient ne jamais être retrouvés.