Afrique du Sud : la justice estime que le président Zuma peut être poursuivi pour corruption

  • A
  • A
Afrique du Sud : la justice estime que le président Zuma peut être poursuivi pour corruption
LE président sud-africain est en délicatesse après la réouverture de ce dossier judiciaire.@ Kevin Hagen / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

La justice a rouvert un dossier datant de 2009, dans lequel Jacob Zuma avait été inculpé pour avoir touché des pots-de-vin sur un contrat d'armement, avant que les poursuites ne soient abandonnées.

La justice sud-africaine a confirmé vendredi que le président Jacob Zuma pouvait être poursuivi pour corruption dans un dossier relatif à des ventes d'armes ouvert contre lui il y a une dizaine d'années. Dans un jugement lu à l'audience par le juge Eric Leach, la Cour suprême d'appel de Bloemfontein a rejeté un appel du chef de l'État contre la décision de relancer contre lui 783 inculpations de corruption, fraude fiscale et extorsion de fonds.

Vieille affaire de pots-de-vin. Cette décision renvoie la balle dans le camp du parquet général sud-africain, qui doit désormais décider de relancer ou non le dossier et, éventuellement, de renvoyer Jacob Zuma devant un tribunal.  L'actuel chef de l'État est accusé d'avoir touché, alors qu'il était vice-président, des pots-de-vin pour un contrat d'armement de 4,2 milliards d'euros signé en 1999 par l'Afrique du Sud avec plusieurs entreprises européennes, dont la française Thales. Il avait alors été formellement inculpé, mais ces poursuites avaient été abandonnées en 2009 au motif qu'elles avaient été, selon le parquet général, motivées politiquement. Jacob Zuma était alors engagé dans une furieuse bataille politique avec le président de l'époque, Thabo Mbeki.

Depuis 2009, le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), essaie d'obtenir la réouverture du dossier. Il a enfin obtenu satisfaction en 2016, lorsqu'un tribunal de Pretoria a jugé "irrationnel" l'abandon des poursuites engagées contre Jacob Zuma. Le parquet général et le président ont fait appel de cette décision. "Les appels sont rejetés", a estimé vendredi la Cour suprême d'appel dans son jugement. "Les raisons avancées pour interrompre les poursuites (…) ne résistent pas à l'examen", a justifié le juge Leach dans ses conclusions.