Afrique du sud : l’ANC appelle ses militants à fêter la victoire

  • A
  • A
Afrique du sud : l’ANC appelle ses militants à fêter la victoire
Partagez sur :

Le Congrès national africain (ANC) a appelé jeudi ses militants à fêter sa "solide" victoire aux élections générales de la veille. Les décomptes partiels lui donnent une confortable avance, plus de 64% des suffrages.

Les premiers résultats partiels des législatives en Afrique du Sud donnent gagnant le Congrès national africain (ANC) avec plus de 64% des suffrages contre 18,5% pour son rival le plus proche, l'Alliance démocratique. Le populaire et controversé Jacob Zuma 67 ans, est donc assuré d'être élu président, après plus d'un an de crise politique. "L'ANC invite ses compatriotes sud-africains à partager la joie d'avoir obtenu un mandat solide qui nous permettra de consolider les avancées réalisées au cours des 15 dernières années", a écrit le parti.

Ces derniers mois, l'ancien mouvement de libération s'est divisé, entre les partisans du charismatique autodidacte Jacob Zuma et ceux de l'ex-président, Thabo Mbeki. Evincé en décembre 2007 de la direction du parti, ce dernier était contraint de démissionner de la présidence en septembre. Enfin, il y a deux semaines, des poursuites pour corruption à l'encontre de Jacob Zuma étaient abandonnées par le Parquet général, qui a reconnu des abus de pouvoir au plus haut niveau de l'enquête.

En dépit de ces remous, les Sud-Africains semblaient décidés à donner une nouvelle chance à l'ANC, le considérant comme le seul parti en mesure d'apporter "un changement" à un quotidien encore trop souvent fait de pauvreté. Depuis 1994, plus de deux millions de logements sociaux ont été construits, l'eau courante et l'électricité installées dans de nombreux quartiers, des sanitaires décents posés. Mais 43% de la population vit toujours avec moins de deux dollars par jour et le taux de chômage frôle les 40%.

La mission du futur président sera compliquée par la crise mondiale. L'Afrique du Sud devrait entrer en récession pour la première fois en 17 ans. Dans ce contexte, l'opposition joue les seconds rôles. Le Congrès du Peuple (Cope), formé en décembre par les dissidents de l'ANC, n'est crédité que de 7 à 12% des intentions de vote. Quant à l'Alliance démocratique (DA), ancienne opposition sous l'apartheid, elle peine à convaincre les électeurs noirs.