Afghanistan : 2 otages français libérés

  • A
  • A
Afghanistan : 2 otages français libérés
@ Reuters
Partagez sur :

Ces deux trentenaires étaient détenu depuis respectivement quatre et deux mois.

Deux Français, un ancien humanitaire passionné de photographie et un salarié de l'ONG Acted, ont été libérés après respectivement quatre et deux mois de captivité en Afghanistan, en proie à une recrudescence des enlèvements d'Occidentaux, a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Deux dossiers indépendants. Les deux rapts, survenus à deux mois d'intervalle, n'étaient pas liés, pas plus que les deux libérations, pourtant survenues à moins de 24 heures l'une de l'autre, ont expliqué des connaisseurs du dossier. Aucune information n'avait filtré dans les médias pour accroître les chances des deux otages.

Pierre Borghi, un humanitaire devenu photographe. Pierre Borghi, 29 ans, ancien employé de l'ONG française "Solidarités International", était revenu à Kaboul en novembre dernier pour réaliser un projet photographique. Il avait été kidnappé en novembre dans la capitale afghane par quatre individus armés. "Nos gardes l'ont retrouvé près d'un de nos postes de sécurité à Maydan Shar vers 18h30 dimanche. Apparemment, il avait échappé à ses ravisseurs. Nous l'avons ramené à Kaboul", a raconté Shoaib Sharifi, le directeur de la Force de protection publique afghane (APPF).

Charles, un salarié d'Acted. L'autre Français libéré, Charles, occupait la fonction de directeur financier d'Acted. Il avait été kidnappé le 27 janvier alors qu'il se rendait en voiture sur son lieu de travail en plein centre de Kaboul. Quatre hommes armés avaient bloqué le 4X4 d'Acted, menacé son chauffeur, avant de s'emparer d'un des deux expatriés présents dans le véhicule, d'après un rapport d'Anso, une organisation chargée de la sécurité des ONG en Afghanistan. Les modalités de sa libération de sont pas connues. "Acted est très heureux de la libération d'un de ses collaborateurs en Afghanistan. Il va bien", s'est réjoui Adrien Tomarchio, le porte-parole de cette ONG.

>> DÉCRYPTAGE : Ce qui attend le nouvel Afghanistan