Affaire DSK : "L'essentiel de 12h"

  • A
  • A
Affaire DSK : "L'essentiel de 12h"
Des traces de sperme de DSK auraient été retrouvées sur les vêtements de la femme de chambre. De quoi modifier la position de la défense ?@ MAXPPP Montage D.R.
Partagez sur :

Vous êtes perdus ? Europe1.fr vous résume les dernières infos sur l'affaire DSK.

LES FAITS

L’ADN aurait parlé. Tant attendu, les premiers résultats des tests ADN auraient été transmis aux autorités françaises et devraient confirmer la présence de traces de sperme de Dominique Strauss-Kahn sur les vêtements de la femme de chambre, rapporte le site Atlantico.

Un dîner troublant. DSK aurait dîné le vendredi soir avec une "mystérieuse femme blonde", révèle Paris Match. Habitué des lieux où il avait dormi avec son épouse le 5 février dernier, DSK, encore président du FMI ce soir-là, a commandé durant le repas une bouteille de Bordeaux.

Brafman est confiant. Dans un entretien diffusé dimanche sur TF1, Benjamin Brafman, l'un des avocats de DSK s'est dit confiant pour la suite des événements, assurant que les accusations allaient se "révéler fausses". "On en est encore aux premiers stades de la procédure mais, au regard de ce que j’ai vu jusqu’ici dans le dossier, je suis confiant", a-t-il assuré.

LES REACTIONS

Hollande en appelle à "la justice". "Il n’y a pas d’autres règles dans une démocratie", a déclaré François Hollande lundi matin sur France Inter. A propos d’éventuels comportements à risque de DSK avant son inculpation, le nouveau favori pour la primaire socialiste a répondu que "chacun a le droit d’avoir sa liberté". Mais "si la justice condamne, chacun en tirera les conclusions".

Bayrou craint pour la confiance envers les politiques. Outre la redistribution des cartes dont il pourrait bénéficier à l’approche de l’élection présidentielle, François Bayrou craint surtout que cette affaire soit "lourde de conséquences pour le contrat de confiance spontané qui doit exister entre les citoyens et les responsables politiques", a expliqué le président du MoDem au dans le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Mais, a-t-il ajouté, "il ne faut pas confondre le Parti socialiste avec cette histoire privée", a-t-il commenté.