Accusé de se servir de l'humanitaire pour ses affaires, David Beckham dément

  • A
  • A
Accusé de se servir de l'humanitaire pour ses affaires, David Beckham dément
Selon Mediapart, David Beckham a rechigné pendant des mois à donner à un fonds de l'Unicef dont il est le parrain.@ ANGELA WEISS / AFP
Partagez sur :

Le porte-parole de David Beckham a assuré que l'ex joueur a donné "l'intégralité de ses salaires" du PSG à des "organisations caritatives pendant de nombreuses années".

David Beckham a dénoncé samedi, via son porte-parole, les conclusions d'une enquête réalisée par un consortium de douze médias européens l'accusant de s'être servi de l'humanitaire comme d'"un tremplin pour ses affaires personnelles". "David a soutenu l'Unicef et plusieurs autres organisations caritatives pendant de nombreuses années, y compris en donnant l'intégralité de ses salaires lorsqu'il jouait au PSG", a affirmé samedi le porte-parole de la star anglaise, cité par l'agence Press Association.

Un vernis humanitaire pour son image. L'ancien milieu de terrain de Manchester United et de l'Angleterre, qui a pris sa retraite de joueur en 2013 après une pige de six mois au PSG, a été mise en cause vendredi par une enquête publiée notamment par le site d'informations français Mediapart. Selon l'enquête du consortium, qui s'inscrit dans le cadre des "Football Leaks", David Beckham a rechigné à engager son propre argent dans un fonds humanitaire "Fonds 7" dont il était censé être le principal contributeur, et s'est servi de la cause humanitaire comme d'"un tremplin pour ses affaires personnelles". "David Beckham se sert de l'Unicef, dont il est l'ambassadeur itinérant, pour accroître sa notoriété, façonner son image et faire fructifier ses affaires", écrit Mediapart.

Des démêlés fiscaux. Les "Football Leaks" affirment en outre que David Beckham "rêve d'être anobli", un privilège qui lui est refusé en raison de "démêlés fiscaux". Le porte-parole de David Beckham a vivement réagi en dénonçant une "histoire basée sur des informations obsolètes sorties de leur contexte", provenant "d'emails piratés et falsifiés" et donnant au final une "image délibérément inexacte" de la situation. Refusant de commenter les accusations développées à partir de ces emails, l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance) s'est de son côté dit "extrêmement fière" de son partenariat avec David Beckham.