Accord sur le nucléaire : qu’y a-t-il dans le document commun signé par Donald Trump et Kim Jong Un ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Le sommet historique de Singapour entre le président américain et son homologue nord-coréen s’est conclu par la signature d’un texte prévoyant la dénucléarisation du régime contre des garanties de sécurité.

La prudence reste évidemment de mise. Mais la rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong Un, mardi matin à Singapour, a accouché d’un document commun entre le président américain et son homologue nord-coréen. S’il ne s’agit pas à proprement parler d’un accord en bonne et due forme, le texte comporte tout de même des engagements des deux camps. D’une part, le régime de Pyongyang s’engage à débuter une dénucléarisation, d’autre part les Etats-Unis ont apporté des garanties de sécurité à la Corée du Nord.

La dénucléarisation de la Corée du Nord

C’est sans doute le point le plus important du document. "Le président Kim Jong Un a réaffirmé son engagement ferme et inébranlable envers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", peut-on lire dans ce texte conjoint. Le document ne mentionne toutefois pas l'exigence américaine de "dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", - formule qui signifie l'abandon des armes et l'acceptation d'inspections - , mais réaffirme un engagement antérieur plus vague.

En l’absence d’engagements concrets, les observateurs ne s’enflamment pas. Selon Vipin Narang, professeur au Massachusetts Institute of Technology, "la Corée du Nord n'a rien promis de plus qu'au cours des 25 dernières années. A ce stade, il n'y a aucune raison de penser que ce sommet débouche sur quelque chose de plus concret que cela sur le front du désarmement", a-t-il déclaré. Analystes et historiens rappellent à l'unisson que le régime de Pyongyang est passé maître dans l'art des promesses non tenues. En 1994 puis en 2005, des accords avaient été conclus mais aucun d'entre eux n'a jamais été réellement appliqué.

"Il faut bien noter que le communiqué final précise que la Corée du Nord s'engage à la dénucléarisation de la péninsule, mais pas les Etats-Unis", note toutefois sur Europe 1Annick Cizel, enseignante-chercheuse à Paris 3, spécialiste de la politique étrangère américaine. "A aucun moment ils ne s'engagent à ramener à la maison le bouclier anti-missile qu'ils assurent toujours dans le cadre des accords bilatéraux avec la Corée du Sud. L'engagement n'est donc pas réciproque."

Des garanties de sécurité

Pour convaincre la Corée du Nord de renoncer à son programme nucléaire, il fallait que les Etats-Unis fassent un pas dans sa direction. C’est chose faite.  "Le président Trump s'est engagé à fournir des garanties de sécurité" à la Corée du Nord, dit le texte. Elles seront "uniques" et "différentes" de celles proposées jusqu'ici, avait promis lundi le secrétaire d’Etat Mike Pompeo,  à la manœuvre pour la bonne tenue du sommet côté américain.

Si là encore, le flou demeure, Donald Trump a apporté un peu de précision lors d’une conférence de presse. Le président américain a ainsi déclaré qu'il mettrait fin, à terme, aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, décrits comme "très provocateurs" à l'égard de la Corée du Nord. Le président américain a également assuré que le dirigeant nord-coréen s'était engagé, après la signature de leur document commun, à détruire un site de tests de missiles.

Il s'agit là, selon Annick Cizel, de la "seule annonce concrète" lâchée par le président américain. Cependant, "tout ce qui se fait dans le Pacifique aujourd'hui est multilatéral pour les Etats-Unis", nuance l'universitaire. Dès lors, cela ne signifie pas "la fin des exercices militaires conjoints Etats-Unis-Corée du Sud-Japon-Australie", juge-t-elle.

Les quatre points de l’accord

En plus d’un texte liminaire et d’une conclusion, le document comporte quatre points précis sur lesquels se sont engagés les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) :

1. Les Etats-Unis et la RPDC s'engagent à établir de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC conformément au souhait de paix et de prospérité des peuples des deux pays.

2. Les Etats-Unis et la RPDC uniront leurs efforts pour construire un régime de paix durable et stable sur la péninsule coréenne.

3. Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018 (publiée lors d'un sommet intercoréen NDLR), la RPDC s'engage à travailler vers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.

4. Les Etats-Unis et la RPRC s'engagent à retrouver les dépouilles des prisonniers de guerre et portés disparus au combat, y compris le rapatriement immédiat de ceux qui sont déjà identifiés.

"Il n'y aucune référence à un traité de paix à venir, qui doit être multilatéral, qui achèverait cet armistice de 70 ans entre la Corée du Nord et la Corée du Sud", regrette Annick Cizel. "Les Etats-Unis s'abstiennent d'un changement de régime en Corée du Nord. C'est un pacte de non-agression", analyse la spécialiste de la politique étrangère américaine.

Le verbatim complet du document commun

"Le président Trump et le président Kim Jong Un ont eu un échange d'opinions complet, approfondi et sincère sur les questions relatives à l'établissement de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC (République populaire démocratique de Corée) et l'édification d'un régime de paix solide et durable sur la péninsule coréenne. Le président Trump s'est engagé à fournir des garanties de sécurité à la RPDC et le président Kim Jong Un a réaffirmé son engagement ferme et inébranlable envers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.

Convaincus que l'établissement de nouvelles relations Etats-Unis/RPDC contribuera à la paix et à la prospérité de la péninsule coréenne et du monde, et reconnaissant que l'établissement d'une confiance mutuelle peut promouvoir la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le président Trump et le président Kim Jong Un déclarent:

1. Les Etats-Unis et la RPDC s'engagent à établir de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC conformément au souhait de paix et de prospérité des peuples des deux pays.

2. Les Etats-Unis et la RPDC uniront leurs efforts pour construire un régime de paix durable et stable sur la péninsule coréenne.

3. Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018 (publiée lors d'un sommet intercoréen NDLR), la RPDC s'engage à travailler vers la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne.

4. Les Etats-Unis et la RPRC s'engagent à retrouver les dépouilles des prisonniers de guerre et portés disparus au combat, y compris le rapatriement immédiat de ceux qui sont déjà identifiés.

Reconnaissant que le sommet Etats-Unis/RPDC, le premier de l'histoire, est un événement de grande importance, qui fait date en ce qu'il tourne la page de décennies de tensions et d'hostilités entre les deux pays et augure d'un avenir nouveau, le président Trump et le président Kim Jong Un s'engagent à mettre en oeuvre les provisions de cette déclaration conjointe de manière exhaustive.

Les Etats-Unis et la RPDC s'engagent à tenir dès que possible des négociations de suivi, menées par le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et un homologue de haut niveau de la RPDC, pour mettre en oeuvre les résultats du sommet Etats-Unis/RPDC.

Le président Donald Trump et le président Kim Jong Un se sont engagés à coopérer pour le développement de nouvelles relations entre les Etats-Unis et la RPDC et la promotion de la paix, de la prospérité et de la sécurité de la péninsule coréenne et du monde".