A un an des JO 2012, ça coince à Londres

  • A
  • A
A un an des JO 2012, ça coince à Londres
Les athlètes attendent avec impatience les JO 2012, les Londoniens beaucoup moins.@ REUTERS
Partagez sur :

Transports, retombées économiques: un an avant l’ouverture des JO, les Londoniens râlent.

Les Jeux Olympiques de Londres seront inaugurés dans un an jour pour jour. Comme prévu, la construction du parc olympique est terminée, mais les autres chantiers sont encore d’être bouclés. Transports en commun, retombée économiques : les Londoniens commencent déjà à exprimer leur ras-le-bol.

La promesse de transports en commun saturés

Comme prévu, la gare qui dessert le site Olympique a été modernisée et agrandie, mais le reste du dossier "transports en commun" est loin d’être bouclé. La modernisation de la Jubilee line aurait ainsi dû être achevée il y a déjà quinze mois.

Outre l’avancée des travaux, les usagers du métro londonien se demandent comment le réseau, déjà saturé, va pouvoir absorber chaque jour un demi-million de passagers supplémentaires.

Les épreuves sportives finissant toutes entre 22h et 23h, le réseau devrait être saturé tous les soirs. Et pour rentrer dans le centre de Londres, les spectateurs ne pourront pas se rabattre sur les taxis : l'axe routier qui dessert le parc olympique sera réservé aux athlètes, officiels et journalistes.

Les retombées économiques se font attendre

Le parc olympique est situé sur l'un des arrondissements les plus pauvres de Londres, Newham. Enfants en situation d’extrême pauvreté, population sans aucune formation : autant de problèmes auxquels les organisateurs espéraient remédier en créant des emplois sur place.

Mais, à un an des JO, les retombées économiques se font cruellement attendre. "On ne nous a pas laissé de chance. Les gens ont essayé de trouver du travail sur le site mais ils n'y sont pas arrivés", regrette Shaz, qui dirige la radio locale NU Radio.

"Quand les Jeux ont été annoncés, tout le monde était très excité, et on l'est toujours. Mais, les attentes n'ont pas été satisfaites et on se sent laissés pour compte", déplore-t-il. Pire, le chômage a augmenté de 9% au cours des 10 derniers mois à Newham. Pourtant, l'autorité en charge de la construction a ouvert un centre de formation sur le site et assure que 25% de la force de travail a été recrutée localement.

Le nouveau centre commercial snobe les locaux

A côté du site olympique s’est ouvert le plus grand centre commercial d’Europe mais ce bassin d’emploi risque d’échapper à la population locale. "Le problème, c'est que les employeurs n'ont pas de patience", regrette Toyin Sulola, directrice d'East London Skills for Life, un centre de remise à niveau pour les 16-19 ans.

Cette dernière aurait eu besoin de plus de moyens pour préparer plus rapidement ses jeunes à l'embauche. Mais "les magasins veulent pouvoir ouvrir en janvier, ils veulent pourvoir les postes rapidement. Alors, si nous ne leur donnons pas satisfaction rapidement, ils vont recruter à l'extérieur", déplore-t-elle. Le seul espoir de Toyin pour les 80 jeunes sans qualification qu'elle encadre est le programme de recrutement de volontaires. Les organisateurs des JO sont à la recherche de 2 000 jeunes… bénévoles.