A Lampedusa, la visite historique du pape

  • A
  • A
A Lampedusa, la visite historique du pape
Le pape s'est rendu en vedette des garde-côtes jusqu'à devant la Porte d'Europe, un monument dressé en mémoire de toutes les victimes de naufrages avant la messe.@ Capture CTV
Partagez sur :

REPORTAGE - Le pape François est arrivé lundi matin à Lampedusa pour "pleurer" la mort des migrants.

L’INFO. C’est un symbole fort pour le nouveau pontificat. Le pape François est arrivé lundi matin à Lampedusa où il vient "pleurer" la mort de centaines de migrants venus d'Afrique du Nord qui avaient tenté de traverser la Méditerranée en quête d'une vie meilleure. L'avion de l'ex-archevêque de Buenos Aires a atterri sur la petite île sicilienne moins d'une heure après le débarquement de 166 migrants d'un bateau secouru dimanche par les garde-côtes italiens.

pape lampedusa 930

© Reuters

Un monument pour les victimes. Le pape s'est rendu en vedette des garde-côtes jusqu'à devant la Porte d'Europe, un monument dressé en mémoire de toutes les victimes de naufrages. Il a effectué le parcours depuis le port de Lampedusa tête nue et entouré seulement de ses secrétaires particuliers, le porte-parole du Vatican le père Federico Lombardi, et de ses gardes du corps. Sur la vedette qui a secouru 30.000 personnes ces 8 dernières années, le pape a remis sa calotte, dit une prière puis jeté la couronne de chrysanthèmes jaunes et blancs (couleurs du Vatican) avant de se recueillir en silence, avant de saluer la foule sur la rive. Les autres bateaux ont fait retentir leurs lugubres sirènes en signe de deuil.

"Nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle", "la culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui (...) aboutit à une globalisation de l'indifférence", a lancé le pape lors d'une messe suivie par plus de 10.000 personnes sur le petit stade de l'île sicilienne.

De Somalie, d’Irak ou de Syrie. La plupart du temps, ces hommes et ces femmes ont fait des périples exténuants depuis la Libye ou la Tunisie et on souvent commencé dans des zones déshérités ou ravagée par des conflits d’Afrique (Somalie, Ethiopie) et du Moyen Orient (Irak, Syrie, Afghanistan). Ils finissent souvent à Lampedusa qui est plus proche des côtes nord-africaines, situées à environ 100 km, que du reste de la Sicile (à plus de 200 km).

pape lampedusa 930

© Reuters

"Ça va être émouvant". Sur la plage, en regardant les débris d’une barque complètement détruite, Diarra revit la traversée qu’il a effectuée il y a deux ans. Quatre jours de voyage en mer depuis la Libye, dans cette embarcation fragile au milieu de 200 personnes. Il réussit à atteindre la côte puis il est régularisé. C’est la première fois qu’il revient à Lampedusa pour "croiser le regard du pape", dit-il. "Ça va être émouvant de le voir ici pour son tout premier voyage de pape. Les gens qu’il va rencontrer, ce sont des migrants comme moi. A l’époque, on nous a abandonnés. J’ai passé quatre mois au centre de rétention de Lampedusa", raconte Diarra, interrogé par Europe 1. Ce lundi, il est ravi que le pape remette "la lumière sur nous". "Je devais revenir ici", ajoute-t-il.

L’Europe et ses "responsabilités". Ces migrants sont invisibles dans les rues de Lampedusa. Les habitants ne veulent pas les voir, explique Daniela, responsable d’une association. "On a besoin « d’un message fort", affirme-t-elle. "C’est un grand jour parce que le pape a choisi Lampedusa. Je crois que c’est un signe pour tout l’Europe. Il va rappeler à toute l’Europe, la responsabilité de ne pas laisser tomber ces personnes, de trouver une solution commune", plaide Daniela, interrogée par  Europe 1. En hommage aux migrants qui sont morts en mer, il y aura, pendant la messe, une grande croix, fabriquée avec le bois de l’embarcation qui s’est retournée la semaine dernière.  

> Selon Caroline Pigozzi, spécialiste du Vatican, le pape envoie un message de compassion en allant à Lampedusa :