A Jérusalem, des prières "historiques"

  • A
  • A
A Jérusalem, des prières "historiques"
Pour la première fois, des femmes ont pu prier librement, comme les hommes, au pied du Mur des Lamentations.@ REUTERS
Partagez sur :

Des féministes juives ont prié vendredi en toute liberté devant le Mur des Lamentations. Inédit.

L'info. Il leur a fallu 20 ans de lutte pour en arriver là. Des militantes féministes juives, de l'association "Femmes du Mur" ont réussi à prier vendredi pour la première fois en toute liberté, sous la protection de la police devant le Mur des Lamentations à Jérusalem. Au même moment, un millier d'ultra-orthodoxes ont tenté vendredi d'entraver leur action. Cinq personnes ont même été interpellées pour "désordres publics".

Qui sont les "femmes du Mur" ? Le Mur des Lamentations, ultime vestige du second Temple, est le lieu le plus sacré du judaïsme. Pendant plus de 20 ans, les "Femmes du Mur" demandaient à être autorisées à y prier comme elles l'entendaient, à haute voix, en portant le châle de prière, des phylactères et la kippa et en lisant la Torah, une manière de prier traditionnellement réservée aux hommes jusque-là. Elles n’avaient le droit que de prier séparément et en silence. Seulement voilà, le mois dernier, un tribunal a jugé que le comportement de ces femmes ne causait aucun désordre et que c’était en revanche ceux qui les attaquaient qui posaient problème.

La prière des femmes au Mur des Lamentations :

400 militantes en prière... Vendredi, elles étaient quelque 400 militantes à faire leur prière mensuelle au pied du Mur comme elle en ont désormais le droit. "Nous avons fait une prière historique, même si cela a été pénible", a noté la porte-parole de l’association des "Femmes du Mur", Shira Pruce, se disant "extrêmement fière et contente".

jerusalem mur des lamentation 400 REUTERS

… Et 1.000 ultra-orthodoxes en manifestation. Mais cette prière "historique" n’est pas du goût des ultra-orthodoxes, qui voulaient entraver l’action des militantes, qui représente à leurs yeux une "provocation" et une violation des préceptes religieux. La police les a tenu à l’écart du Mur mais des protestataires ont tenté de forcer le passage, certains qualifiant les policiers de "nazis", d'autres lançant des insultes aux militantes. Ils ont jeté des bouteilles d'eau, des sacs de poubelles, des chaises en plastique et des œufs aussi bien sur les policiers que sur les femmes. Deux policiers ont été légèrement blessés et cinq ultra-orthodoxes ont été interpellés. Quant aux "Femmes du Mur", elles ont été escortées après leur prière vers un bus qui les a transportées hors de la Vieille ville, après avoir essuyé des jets de pierres.