A 11 ans, il met la mafia calabraise en péril

  • A
  • A
A 11 ans, il met la mafia calabraise en péril
Nicolas, fils aîné de Gregorio Malvaso, l’un des cadres de la mafia calabraise et qui a décidé de livrer à la police toutes les informations qu’il possède sur l’organisation.@ FILIPPO MONTEFORTE / AFP
Partagez sur :

LA BONNE HISTOIRE - Nicolas, fils aîné de l’un des cadres de la mafia calabraise, la ‘Ndrangheta, a choisi de collaborer avec les autorités.

Il n’a que 11 ans mais il pourrait mettre à genoux l’une des plus importantes et des plus redoutées organisations du crime en Italie : la ‘Ndrangheta. C’est le quotidien italien La Repubblica qui raconte l’histoire de Nicolas*, fils aîné de Gregorio Malvaso, l’un des cadres de la mafia calabraise et qui a décidé de livrer à la police toutes les informations qu’il possède sur l’organisation. Un témoignage précieux qui a déjà permis plusieurs arrestations.

L’histoire a commencé au mois d’octobre 2014, lorsque Gregorio Malvaso, 37 ans, connu pour être le chef de la ‘Ndrangheta à San Ferdinando, dans le sud de ltalie, est arrêté lors d’un coup de filet anti-mafia. Sa femme est également appréhendée pour complicité. Quand les autorités lui apprennent que son mari a recruté leur fils de 11 ans pour conditionner des doses de drogue, elle décide de coopérer.

"Bien sûr, je sais ce que fait un gangster, c’est un trafiquant de drogue"

Très vite le jeune Nicolas emboîte le pas de sa mère et raconte tout ce qu’il a observé depuis son plus jeune âge. Car le fils aîné de la famille a accompagné son père dans le moindre de ses déplacements, que ce soit pour aller récupérer un colis de drogue ou assister à une réunion au sommet avec les cadres de la mafia. Le jeune Nicolas a grandi au cœur de la ‘Ndrangheta.

"Bien sûr, je sais ce que fait un gangster, c’est un trafiquant de drogue, il tire aussi, c’est normal", raconte le jeune garçon aux enquêteurs. "Mon père faisait partie de ce gang, dirigé à sa tête par Nando Cimato. Vous savez, c’est mon père qui  donnait les ordres", révèle Nicolas, livrant ainsi de précieux détails sur l’organisation de la mafia et le rôle de chacun des membres.  

"Papa faisait ce qu'il voulait au sein du clan, il était le bras droit du chef", précise l’enfant, soulignant qu’il était au courant de tout ce qui se passait chez lui : le trafic, les armes, les munitions, la drogue. Le jeune garçon raconte les allées et venues de membres d’autres clans – parfois originaires d’autres régions de l’Italie - pour se fournir en drogue. Car la 'Ndrangheta a fait du trafic de cocaïne sa spécialité. L’organisation est réputée pour travailler en collaboration avec les cartels colombiens et mexicains. Elle serait devenue la plus riche et la plus puissante organisation criminelle d’Italie, devant la Camorra dans la région de Naples, la Cosa Nostra en Sicile et la Sacra corona unita dans les Pouilles.

Depuis quatre mois Nicolas vit sur un site protégé et tenu secret, loin de la Calabre où sa vie est menacée. Sa mère et ses deux frères sont avec lui. Cette dernière veut que ses enfants grandissent, désormais, dans un environnement sain, loin de la mafia. Mais avant de commencer cette nouvelle vie, Nicolas pourrait être amené à témoigner face à son père. Son témoignage a déjà permis l’arrestation de certains membres du clan dont le vice-maire de San Ferdinando ainsi qu’un conseiller municipal.

*Le prénom a été changé par le quotidien italien pour protéger l’enfant.