7 Français toujours retenus à l’étranger

  • A
  • A
7 Français toujours retenus à l’étranger
@ REUTERS
Partagez sur :

Avec la libération de Françoise Larribe jeudi, le nombre de Français détenus à l’étranger passe à 7.

La libération, annoncée vendredi, de Françoise Larribe, retenue au Niger depuis six mois, ramène à sept le nombre de Français détenus à l’étranger. L’un d’eux se trouve en Somalie, quatre ont été enlevés au Niger, et deux sont détenus en Afghanistan.

Denis Allex, en Somalie depuis juillet 2009

Le détenu français le plus ancien est Denis Allex, un agent des services de renseignements français. Enlevé par le mouvement islamiste shebab, il serait dans la région nord du pays, le Puntland.

L’homme, qui est apparu en vie en juin dernier dans une vidéo mise en ligne par les sites islamistes, avait été enlevé en compagnie d’un autre otage. Son codétenu a été libéré en août dernier, et avait déclaré avoir échappé à ses ravisseurs. Ces derniers ont fait état du versement d'une rançon, démentie par la France. Ils se réclament du mouvement Hezb al-Islam, et demandent la cessation de tout soutien politique ou militaire de la France au gouvernement somalien.

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, depuis décembre 2009

Les deux journalistes de France 3, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, ont été enlevés il y a 11 mois, avec leurs trois accompagnateurs afghans, dans la province de Kapisa, à l’est de l’Afghanistan.

Alain Juppé, ministre de la Défense, a confirmé mardi que des "échanges" entre la France et les ravisseurs ont bien lieu, comme l’avait précédemment annoncé Hervé Morin. Ils sont apparus vivants pour la dernière fois dans une vidéo diffusée sur Internet en avril dernier. On les voit lire un texte et demander aux autorités françaises de satisfaire les exigences des talibans. L’Elysée avait également indiqué, le 5 septembre, que les deux reporters étaient "en bonne santé".

Quatre Français enlevés au Niger le 16 septembre

Les derniers otages retenus sont les quatre Français enlevés le 16 septembre dernier au Niger. Ces employés d’Areva et de Satom étaient détenus en compagnie de Françoise Larribe, libérée le 24 février en compagnie d'un Togolais et d’un Malgache.

La mouvance d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué ce rapt le 21 septembre dernier. Ses exigences, en échange de leur libération, sont l'abrogation de la loi sur l'interdiction du voile islamique intégral en France, la libération d'activistes et sept millions d'euros. Ce même mouvement avait enlevé, le 19 avril, Michel Germaneau, 78 ans, dont l’exécution a été annoncée le 25 juillet dernier.