300 hommes d'affaires britanniques se prononcent pour le "Brexit"

  • A
  • A
300 hommes d'affaires britanniques se prononcent pour le "Brexit"
Des hommes d'affaires britanniques s'engagent pour le "Brexit".@ AFP
Partagez sur :

Un mois avant le référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'UE, des hommes d'affaires britanniques s'engagent en faveur du "Brexit".

Plus de 300 femmes et hommes d'affaires britanniques ont appelé lundi au départ du Royaume-Uni de l'Union européenne, tablant sur une meilleure croissance de leurs entreprises hors du giron bruxellois, dans une lettre ouverte au Daily Telegraph.

"Reprendre en main notre destinée". "En dehors de l'UE, les entreprises britanniques seront libres de croître plus vite, de s'étendre sur de nouveaux marchés et de créer davantage d'emplois. C'est le moment de voter pour partir et de reprendre en main notre destinée", ont écrit les signataires, dans cette tribune publiée à un peu plus d'un mois du référendum du 23 juin sur le maintien ou non du pays dans l'UE. 

Parmi les signataires, qui ont apposé leur paraphe à titre personnel et pas au nom de leur entreprise, figurent le président de la chaîne de pubs Wetherspoon, Tim Martin, ou encore Elaine Harries, la directrice exécutive de la société de livraisons Action Express. La plupart des signataires sont toutefois des cadres ou responsables de petites et moyennes entreprises. Les dirigeants des principales entreprises britanniques, cotées à l'indice FTSE-100 de la Bourse de Londres, se sont prononcés pour leur part ces derniers mois en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'UE ou sont restés neutres dans le débat.

Un UE "en plein échec". Dans leur courrier, les signataires de lundi mettent en avant la dimension "de niveau mondial" de l'économie britannique, membre du club des pays riches du G7, source d'innovation et fer de lance de la pratique de l'anglais, la langue des affaires par excellence. "Nous pensons toutefois que la compétitivité du Royaume-Uni est sapée par notre appartenance à une UE en plein échec", expliquent ces responsables, qui dénoncent "une bureaucratie bruxelloise étouffante pour les 5,4 millions d'entreprises britanniques, alors que seule une minorité d'entre elles commerce concrètement avec l'UE".

Côté politique, on craint le "Brexit". Cette lettre a été publiée quelques jours après deux interventions très remarquées dans le débat, en faveur du maintien dans l'UE cette fois: la Banque d'Angleterre comme le Fonds monétaire international ont chacun prévenu qu'une éventuelle décision de quitter le navire européen pourrait, dans le cas d'un scénario pessimiste, entraîner le Royaume-Uni dans la récession. "Quitter l'UE constitue un aller simple vers plus de pauvreté pour notre pays", a martelé lundi le ministre des Finances, le conservateur George Osborne, grand partisan du maintien comme son Premier ministre David Cameron ainsi que l'opposition travailliste.