28 ans de prison pour l’ex-maire de Detroit

  • A
  • A
28 ans de prison pour l’ex-maire de Detroit
@ REUTERS
Partagez sur :

Kwame Kilpatrick, 43 ans, déchu de ses fonctions en 2008, avait fait de Detroit son "portefeuille personnel".

L’INFO. Corrompu, déchu et désormais condamné. L’ancien maire de Detroit, dans le Michigan, a écopé jeudi d’une peine de 28 ans de prison pour son rôle dans un vaste système de corruption dans cette ville en faillite, dont la dette est estimée à plus de 18 milliards de dollars. Kwame Kilpatrick, 43 ans, avait été reconnu coupable en mars dernier. Au total, une trentaine de personnes ont été condamnés pour corruption.

> EN IMAGES : Detroit, une ville à l'abandon

Le maire "hip-hop". Ancienne étoile montante du parti démocrate, Kwame Kilpatrick a été élu en 2001 à la mairie de Detroit. Surnommé le maire "hip-hop", en raison notamment du petit diamant qu’il portait à l’oreille, il a été contraint à la démission en 2008, à cause d’un autre scandale. Lors d’un procès pour le licenciement abusif de trois policiers qui avaient enquêté sur une partie fine organisée par le maire, dans sa résidence officielle, l'élu avait menti pour dissimuler une relation adultère avec sa principale conseillère. Kwame Kilpatrick avait alors été condamné à quatre mois de prison pour parjure.

15.03 Detroit maison USA 930x620

© Reuters

Detroit, son "portefeuille personnel". Cette fois, il a été reconnu coupable de douze chefs d’inculpation, dont "détournement de fonds publics", "extorsion" et "fraude fiscale". Avec un sous-traitant de la ville, Kwame Kilpatrick avait partagé plus de 83 millions de dollars de commissions, versées par des promoteurs pour obtenir des chantiers dans la ville. Il avait aussi dépensé 840.000 dollars de plus que son salaire et détourné des fonds de diverses associations créées pour venir en aide aux habitants de la ville, berceau de l’industrie automobile, sinistrée par la crise. En fait, résume le Los Angeles Times, l’élu avait tout simplement "fait de Detroit son portefeuille personnel", grâce auquel il payait ses cours de yoga, les vacances de ses enfants ou encore ses voyages.

> DÉCRYPTAGE : Une ville en faillite, c'est grave ?

Un véritable système. Kwame Kilpatrick n’est pas le seul à avoir pioché dans la caisse : avec lui, 33 autres personnes, parmi lesquels des élus et des travailleurs municipaux, ont également été condamnées. Un système de corruption qui a contribué à la déchéance de Detroit, dont la faillite en juillet dernier avait fait les gros titres dans le monde entier.