250 combattants de l'EI tués dans des frappes américaines en Irak

  • A
  • A
250 combattants de l'EI tués dans des frappes américaines en Irak
Un avion de l'armée américaine. Image d'illustration.@ LEILA GORCHEV / AFP
Partagez sur :

Ces djihadistes ont été tués mercredi alors qu'ils circulaient dans un convoi au sud de la ville de Fallouja.

Au moins 250 combattants de l'organisation Etat islamique (EI) ont été tués dans une série de frappes aériennes menées mercredi au sud de Fallouja, en Irak, par des avions de la coalition conduite par les États-Unis, a annoncé un responsable américain.

40 véhicules détruits. Ces frappes visaient un convoi de djihadistes circulant au sud de cette ville reprise par les forces irakiennes le week-end dernier. Une première estimation fait état d'au moins 40 véhicules détruits et au moins 250 combattants tués, soit un bilan parmi les plus lourds jamais enregistrés par l'organisation d'Abou Bakr al Baghdadi.

"Encore du chemin à parcourir". Le directeur de la CIA, John Brennan, qui s'exprimait sur l'attentat mardi soir contre l'aéroport d'Istanbul, où l'EI est le premier suspect, a reconnu mercredi que le combat contre l'organisation djihadiste serait encore long, et notamment contre sa capacité à inciter à des attaques à l'étranger. "Nous avons fait, je pense, des progrès significatifs", a-t-il dit. "Mais pour la capacité de l'EI à continuer à propager son discours et à encourager et mener ces attaques, je pense que nous avons encore du chemin à parcourir avant d'être en mesure de dire que nous avons fait des progrès significatifs contre eux", a-t-il ajouté.

Prochaine étape : Manbij. Les forces soutenues par la coalition américaine ont enregistré de nets progrès sur le terrain ces dernières semaines, avec la reprise en Irak de Fallouja aux djihadistes. En Syrie, Manbij, dans le nord du pays, est depuis un mois la cible d'une offensive importante des rebelles syriens, qui tentent de reprendre la ville aux combattants de l'EI, avant de s'attaquer à la capitale de fait de leur califat, Rakka, selon les autorités américaines.