2014, sombre année pour l'Irak et la Syrie

  • A
  • A
2014, sombre année pour l'Irak et la Syrie
@ AFP/ABD DOUMANY
Partagez sur :

SANGLANT - Le nombre de morts dans les deux pays a explosé l'an dernier dans ces deux pays.

2014 a battu de bien tristes records, au Moyen-Orient. En Irak comme en Syrie, l'année a été particulièrement meurtrière. 76.000 personnes ont trouvé la mort dans la guerre civile syrienne, un record depuis le début du conflit. 15.000 sont mortes en Irak dans des violences marquées par des attentats et l'avancée djihadiste, un chiffre inégalé depuis 2007.

>> LIRE AUSSI - 2014, la France découvre les chemins du djihad

En Syrie, les djihadistes étrangers tués de plus en plus nombreux. L'Observatoire syrien des droits de l'homme, une ONG proche des rebelles, donne ce bilan pour la Syrie, précisant que des milliers d'enfants ont péri dans cette guerre. L'année précédent, 73.000 personnes étaient mortes et 50.000 en 2012. Parmi les 76.000 morts de 2014, 17.790 sont des civils, dont 3.501 enfants.

"Cette année, on a constaté une augmentation du nombre de djihadistes étrangers tués", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'ONG. 16.976 djihadistes sont également morts, principalement des non-Syriens. Le bilan pourrait en fait être bien plus élevé, puisque des milliers de personnes disparues n'ont pas été comptabilisées parmi les morts.

Au total, plus de 200.000 personnes ont perdu la vie en Syrie, aussi bien parmi les rebelles, les soldats du régime, les civils et que les djihadistes.

>> LIRE AUSSI - Les 300 trésors perdus de la Syrie

En Irak, les attentats et la prise de Fallouja. Le nombre de morts a doublé en un an, selon les chiffres du gouvernement. 15.000 personnes sont mortes et plus de 22.000 blessées. 

Depuis des années, le pays subit très régulièrement des attentats meurtriers. Mais 2014 a été marquée par l'avancée du groupe djihadistes sunnite Etat islamique, qui a commencé par prendre la ville de Fallouja et la province d'Al-Anbar, avant d'arriver à Mossoul. Les forces irakiennes, appuyées par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, tentent depuis de reprendre le terrain perdu aux djihadistes.