2014, année noire pour les civils palestiniens

  • A
  • A
2014, année noire pour les civils palestiniens
@ MOHAMMED ABED / AFP
Partagez sur :

PROCHE-ORIENT - Le nombre de civils palestiniens tués lors d'affrontements avec Israël a atteint en 2014 un niveau sans précédent depuis la guerre des six jours de juin 1967.

Depuis 1967 et la guerre des Six jours, jamais le nombre de civils palestiniens tués n'avait été aussi élevé. C'est l'ONU qui avance ce triste record dans un rapport rendu public jeudi et l'explique par le lourd bilan de 1.500 tués durant l'opération "Bordure protectrice" à Gaza. Ces chiffres sont publiés dans un contexte de tension entre Israéliens et Autorité palestinienne. Cette dernière a en effet annoncé son intention de saisir le 1er avril la Cour pénale internationale contre les dirigeants israéliens qu'ils accusent de "crimes de guerre" et dont ils soupçonnent de poursuivre la colonisation.

"Bordure protectrice". Lors l'opération "Bordure protectrice"qui a visé le territoire gazoui durant l'été 2014, "plus de 1.500 civils ont été tués, 11.000 ont été blessés et 100.000 déplacés", comptabilise l'ONU. Parmi ceux ayant perdu leur domicile, certaines n'avaient toujours pas retrouvé de toit fin 2014, selon ce rapport annuel. 

550 enfants tués à Gaza. Au total, 2.220 Palestiniens, dont des combattants, ont été tués dans la bande de Gaza. Parmi les victimes figurent 550 enfants, précise le document intitulé "Vies fragmentées". Côté israélien, 73 personnes ont été tuées, dont 67 soldats.

L'ONU indique ne pas avoir été en mesure de vérifier elle-même le nombre de victimes fourni par des ONG, des sources palestiniennes et israéliennes.

En Cisjordanie aussi. En Cisjordanie occupée et à Jérusalem, 58 Palestiniens ont été tués et 6.028 autres blessés en 2014, soit le niveau le plus élevé depuis des années, ajoute le rapport. Durant la même période, 12 Israéliens ont été tués. 

En Cisjordanie et à Jérusalem-Est, 1.215 Palestiniens ont été expulsés de leur domicile détruit par les autorités israéliennes, soit le chiffre le plus élevé depuis que l'ONU a commencé en 2008 à faire ce type de décompte.

La colonisation pointée du doigt. Le rapport dénonce également la poursuite de l'expansion des colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est contraire au droit international. "Au total, quelque 4 millions de Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont restés sous un régime d'occupation militaire israélienne", déplorent les Nations-Unies. 

Le nombre de Palestiniens détenus "pour des raisons de sécurité" a pour sa part augmenté de 24% à 5.258 prisonniers en moyenne mensuelle l'an dernier.

Le Hamas aussi mis en cause. Amnesty International a pour sa part publié un rapport jeudi dans lequel est dénoncé le mépris flagrant "pour la vie des civils israéliens" mais aussi palestiniens "de la part des groupes armés palestiniens". Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, est ici mis en cause par l'ONG basée à Londres.

>> LIRE AUSSI - Israël : les Arabes israéliens arbitres des législatives ?

>> LIRE AUSSI - Gaza : la guerre souterraine du Hamas 

>> LIRE AUSSI - Les pêcheurs veulent aller pêcher plus loin 

>> VOIR AUSSI - La reconstruction de Gaza ? Un air de déjà-vu 

>> ECOUTER AUSSI - Des Palestiniens retrouvent leur maison