150 ans de prison pour Madoff

  • A
  • A
150 ans de prison pour Madoff
Partagez sur :

Le financier new-yorkais finira sa vie derrière les barreaux. Il a été condamné, lundi, à 150 années d'emprisonnement.

Peine maximale pour Bernard Madoff. Le financier américain âgé de 71 ans, a été condamné, lundi, à 150 ans de prison par un juge d'un tribunal de New York, la peine maximale requise pour sa gigantesque escroquerie chiffrée à des dizaines de milliards de dollars.

Pour Jean Reinhart, l'avocat d'une des victimes de Madoff qui a perdu 540.000 euros, cette condamnation est un signe fort :



Le juge du tribunal de district sud de New York, chargé de son procès, a par ailleurs publié un mandat préalable autorisant la confiscation des biens de Bernard Madoff à hauteur de 170 milliards de dollars. Le financier et sa femme Ruth sont parvenus à un accord avec la justice aux termes duquel le couple a accepté de vendre trois de ses propriétés de luxe (leur appartement principal à Manhattan, une maison à Palm Beach en Floride et une autre sur Long Island, dans l'Etat de New York), ainsi que d'autres biens. Ruth Madoff abandonne ainsi toute sa fortune, ne conservant que 2,5 millions de dollars en liquide.

Bernard Madoff a demandé pardon à ses innombrables victimes. "Je devrai vivre avec cette douleur le reste de ma vie (...) je demande pardon à mes victimes. Je suis désolé", a-t-il dit peu avant que sa peine ne soit prononcée.

Le roi déchu de la finance new-yorkaise va désormais vivre derrière les barreaux. Seule incertitude son traitement en prison. Sera-t-il en cellule d'isolement ou au contraire traité comme tous les aures prisonniers? Les précisions d'Alexandra Geneste :



Le financier new-yorkais était accusé de l'une des plus grandes escroqueries de tous les temps. Il devait répondre de 11 chefs d'inculpation qui l'accusent notamment de fraude, parjure, blanchiment d'argent et vol. Il a plaidé coupable et reconnu n'avoir jamais investi un centime des quelques 13 milliards de dollars qui lui ont été confiés en gestion pendant trois décennies par des banques, des organisations caritatives ou des particuliers aisés.