13.000 policiers chinois, un tueur en série

  • A
  • A
13.000 policiers chinois, un tueur en série
@ Reuters
Partagez sur :

Le suspect, un ancien policier, aurait tué sept personnes et commis six braquages.

13.000 policiers et deux hélicoptères pour un seul homme en cavale. Zeng Kaigui est devenu l'ennemi public numéro un en Chine, raconte lundi le journal britannique The Telegraph. Cet homme de 42 ans, un ancien fonctionnaire de police, est soupçonné d'être l'auteur de sept meurtres et de six braquages de banques d'avril 2004 à juin 2011.

Ce tueur en série aurait abattu le client d'une banque de Nankin, dans l'est de la Chine, vendredi peu après le retrait de 200.000 yuans, soit 25.000 euros. Depuis 2004, Zeng Kaigui aurait dérobé quelque 34.000 euros au total, précise le site chinois The Global Times Daily.

Depuis qu'il est en cavale, le fugitif s'est montré particulièrement habille pour tromper les forces de l'ordre qui ont décidé de sortir l'artillerie lourde pour le capturer. Tous les véhicules suspects sont passés au peigne fin. Les gares routières, ferroviaires, les cybercafés, les hôtels... aucun lieu public n'est épargné. Les chauffeurs de bus travaillant sur de longues distances se sont vus remettre la photo du suspect, précise le site d'informations chinois.

Une atmosphère "pesante"

"Un SMS incluant la photo du suspect a été envoyée à tous les habitants de Nanjing, dans la province de Jiangsu. Le message les met en garde contre l'individu, tout en les appelant à donner des indices pour retrouver le suspect", explique un médecin au Global Times. "L'atmosphère est pesante en ville. Mais je ne suis pas inquiet car toute la ville est à ses trousses", conclut-il.

Les autorités promettent 12.500 euros de prime à quiconque ferait progresser l'enquête. La police a déjà reçu 300 appels. Les enquêteurs décortiquent les informations ainsi obtenues pour tenter de trouver une piste.

Depuis le dernier forfait de Zeng Kaigui, la police a reçu de nombreuses demandes de protection rapprochée car de nombreuses transactions financières se font encore en liquide en Chine.

Ces trente dernières années, la criminalité globale a augmenté en Chine, selon les statistiques officielles. Les autorités rappellent cependant que le nombre d'homicides reste inférieur à celui enregistré dans les pays occidentaux.