Etats-Unis : des éleveurs armés et en chapeaux de cow-boys occupent un parc de l'Oregon

  • A
  • A
Etats-Unis : des éleveurs armés et en chapeaux de cow-boys occupent un parc de l'Oregon
@ AFP
155 partages

Le shérif appelle au calme : armés et en chapeaux de cow-boys, des éleveurs américains anti-gouvernementaux occupent un parc naturel de l'Oregon et se disent prêts à maintenir le siège "des années".

Des dizaines d'exploitants agricoles et éleveurs armés occupaient mardi pour la 4e journée un parc naturel de l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis, bien que les deux éleveurs pour lesquels ils protestent se soient rendus à la police après s'être désolidarisés du mouvement.

Armes à feu et traditionnels chapeaux de cow-boys. Une douzaine de manifestants armés, beaucoup en chapeaux de cow-boys traditionnels des éleveurs américains, accompagnés d'une dizaine de femmes et enfants, défiaient encore les autorités au siège du Malheur Wildlife Refuge.Ces miliciens antigouvernementaux, dont beaucoup sont originaires d'Etats voisins, battaient le pavé en faveur de Dwight Hammond, 73 ans, et de son fils Steven, 46 ans, deux éleveurs locaux condamnés à cinq ans de prison pour avoir mis le feu à des terres fédérales.

Harcelés par les autorités pour vendre leurs terres. Les manifestants assurent que tous deux ont fait l'objet de harcèlement de la part des autorités après avoir refusé de vendre leurs terres. Mais les Hammond se sont clairement distanciés du mouvement de protestation et se sont présentés lundi dans l'établissement pénitentiaire où ils doivent purger leur peine, tandis que les autorités appelaient à une levée du siège. "Les Hammond se sont rendus. Rentrez chez vous, dans vos familles et finissez cela pacifiquement", a enjoint lundi Dave Ward, shérif du comté de Harney, une région rurale et agricole de l'ouest américain.

Les protestataires sont menés par Ammon Bundy, qui a promis que leurs intentions étaient pacifiques, tout en avertissant que son groupe était prêt à maintenir le siège "des années", jusqu'à ce que le gouvernement rende les terres aux exploitants locaux.