Suède : le faux "tueur en série" libéré

  • A
  • A
Suède : le faux "tueur en série" libéré
@ EPA/MAXPPP
Partagez sur :

JUSTICE - Considéré comme le tueur en série le plus célèbre de Suède, il s’était accusé de nombreux crimes. Des meurtres qu’il avait ensuite reniés. 

L'info. Sture Bergwall a longtemps été considéré comme le tueur en série le plus célèbre de Scandinavie. Après plus de 20 ans d'internement psychiatrique, il a été libéré mercredi 19 mars, huit mois après avoir été acquitté. Le tribunal a ajouté qu'il souffrait toujours de troubles de la personnalité, pour lesquels il continuera de se soigner. 

Aveux. Suite à une condamnation pour vol à main armée, Sture Bergwall, 64 ans, avait avoué huit meurtres ainsi qu'une vingtaine d'autres en Suède, en Norvège et en Finlande, pour lesquels il n'a pas été jugé. Des crimes pour lesquels il avait écopé d'une peine de prison à perpétuité pour huit d'entre eux. Il a souvent décrit comment il avait massacré ses victimes et la façon dont il avait mangé certaines parties des cadavres, dans l'un des cas au moins.

Innocenté en 2013. En décembre 2008 cependant, il est revenu sur tous ses aveux en disant qu'il avait soif d'attention à cette époque et qu'il se trouvait alors sous un traitement médical lourd. En juillet 2013, il a été innocenté vis-à-vis de la dernière accusation de meurtre. Très peu de temps après, la ministre de la Justice Beatrice Ask a annoncé un examen de l'affaire. A défaut de preuves, Sture Bergwall a été innocenté de tous ces meurtres.

La plus grande erreur judiciaire en Suède. Les condamnations à l'encontre de l'ancien détenu ont été considérées comme la plus grande erreur judiciaire de ces derniers temps en Suède, à cause de la rapidité avec laquelle il avait été jugé.

"J'ai beaucoup de choses à raconter". M. Berwall a régulièrement écrit sur son blog et posté des messages sur Twitter ces dernières années. Il a confié vouloir déménager dans le nord pour vivre dans les montagnes et se consacrer à l'écriture de son expérience. "Ce n'est pas ma santé mentale qui a entraîné ma détention, ce sont les juges (...)", a-t-il écrit mercredi. "J'ai beaucoup de choses à raconter et c'est ce à quoi je vais passer mon temps à présent... Je regarde vers l'avenir avec une grande confiance".

sur le même sujet, sujet,

SUÈDE - Il fait croire pendant 30 ans qu'il est un tueur en série

JUSTICE - Le tueur en série n'en était pas un
.